Fragments, un deuxième tome à la hauteur !

Nous vous avions parlé de Partials, le premier tome de la trilogie de Dan Wells, la semaine dernière. Il est temps de nous pencher sur le deuxième volume de la saga, avec un petit avertissement cependant : si vous n’avez pas lu Partials, passez votre chemin. Cette chronique peut contenir quelques spoilers sur ce qu’il se passe avant le début de Fragments.

Partials se terminait sur un semblant de victoire, mais également sur une révélation de taille pour Kira, qui se lance dans ce deuxième tome dans une véritable quête identitaire. La jeune fille vient d’apprendre que les adultes de sa vie lui ont tout bonnement menti depuis des lustres. Partie explorer un Manhattan crépusculaire, hanté par des bêtes sauvages, et criblé d’explosifs, la jeune fille ne tarde pas à tomber sur Samm, le partial qu’elle a jadis capturé…et examiné, dans le but de trouver enfin un antidote au virus RM, qui a décimé une grande partie de l’humanité.

Dans la continuité de Partials, Fragments continue à explorer les secrets de la créations des partials, ces êtres génétiquement améliorés conçus en laboratoire, mais le mystère s’épaissit encore et encore. Samm, Héron et Kira se lancent dans une véritable quête transcontinentale dangereuse, à travers de vastes plaines empoisonnées, dans le but de trouver enfin la solution au virus RM, ainsi qu’au fléau qui frappe à leur tour les partials. Mais Dan Wells nous permet également de savoir ce qu’il se passe au sein de la dernière communauté humaine, celle de Long Island, par le biais notamment de Marcus, le petit ami de Kira. L’alternance des points de vue est intéressante, bien qu’un peu frustrante : Marcus est bien sympathique, mais clairement moins intéressant que Kira.

9782226254948_large

Celle-ci développe une relation ambiguë avec ses compagnons de voyage. Dan Wells continue de jouer avec délicatesse sur les émotions de la jeune fille. Si dans le premier tome vous présentiez une romance, les indices se font plus évidents dans le deuxième tome, tout en restant  très subtils. Nous ne pouvons que nous réjouir de pouvoir enfin lire une dystopie qui ne fait pas passer les affaires de cœur des héros avant l’intérêt romanesque de leur histoire. Le traitement de cette ébauche de romance est certes léger, mais il nous donne envie de tourner les pages à toute vitesse pour savoir si baiser il y aura, et dans quelles circonstances.

Dan Wells produit un deuxième tome qui, bien loin de l’essouffler, augmente encore l’intérêt du lecteur…au point de créer une terrible sensation de manque quand on tourne la toute dernière page. Une belle réussite, à n’en pas douter !

Fragments, Dan Wells. Albin Michel Wiz, 2014. 

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 649 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.