Pour quelques milliards et une roupie : un roman picaresque dans l’Inde d’aujourd’hui

En ce début d’année 2014, Vikas Swarup, l’auteur du roman qui a inspiré le film Slumdog Millionaire, est de retour avec un nouveau roman intitulé Pour quelques milliards et une roupie. Une nouvelle fois, c’est l’argent qui est au cœur de l’intrigue, mais le héros est cette fois une femme, issue de la classe moyenne indienne. Sapna Sinha est une jeune femme de New Dehli, dont la vie bascule un jour où, à sa pause déjeuner, elle décide se rendre au temple.

Vendeuse dans un magasin d’électroménager, la jeune fille a dû abandonner ses études lorsque la tragédie a frappé coup sur coup sa famille. Elle vit désormais dans une cité de la banlieue de Dehli, avec une mère malade et une sœur rêvant de devenir célèbre. La cible idéale pour Acharya, un homme d’affaire étrange et richissime, qui décide de faire de la jeune femme le nouveau PDG de son entreprise à la condition que Sapna réussisse sept épreuves.

Sapna est au début tout aussi incrédule que le lecteur : elle ne sait si sa chance vient de tourner, ou si elle vient de signer un pacte faustien. A partir du moment où elle donne son accord à Acharya, sa vie ne sera plus jamais la même : le destin semble sans cesse la jeter dans des situations inextricables : sauver une jeune fille d’un mariage arrangé ou des enfants réduits en esclavage, dénoncer la lubricité d’une célébrité ou un terrible trafic humain…S’en sortira-t-elle à chaque fois ? Et Acharya compte-t-il vraiment lui céder sa place à la tête d’une des entreprises les plus importantes d’Inde ?

9782714454171_1_75

Vikas Swarup est un incroyable conteur, nous en avions déjà eu la preuve avec son premier roman, et nous en avons là la confirmation. Avec n’importe quel autre auteur, les épreuves subies par Sapna aurait semblé trop incroyables, tirées par les cheveux : sous la plume de Vikas Swarup, elles semblent juste plonger le lecteur au coeur même de identité indienne, entre traditions désuètes (les mariages arrangés par exemple) et modernité (l’importance des télé-crochets et de la télévision), entre intégrité (le combat de Nirmala Ben, la voisine de Sapna) et corruption (tous les fonctionnaires du roman semblent se faire graisser la patte à un moment ou à un autre). La quatrième de couverture vante un page-turner redoutable : et c’est effectivement le cas, grâce à un rythme maîtrisé, une écriture efficace, et une héroïne attachante et courageuse.

Sapna est testée, poussée dans ses retranchements : elle est même parfois humiliée et mise en danger. Mais elle garde le cap, et reste honnête et droite dans ses bottes. C’est une héroïne simple, que l’on aime suivre, et que l’on souhaite voir réussir. Elle apprend beaucoup au fil des pages, et se révèle pleine de ressources. Vikas Swarup nous rend son environnement extrêmement vivant et réaliste : Pour quelques milliards et une roupie nous fait voyager, de Dehli à Mumbai, de la cité tentaculaire à la campagne. A lire, en attendant de pouvoir partir en vacances !

Pour quelques milliards et une roupie, Vikas Swarup. Belfond, avril 2014.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 649 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

2 Commentaires

  1. Prochain bouquin sur ma liste!
    Ce roman reprend les problématiques culturelles, historiques et sociologiques rencontrées dans ce pays. C’est exactement ce que l’on attend de la littérature étrangère.
    =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.