La Voix du couteau, un roman qui gagne à être lu !

En cette fin d’année, Folio SF édite la trilogie Le Chaos en marche de Patrick Ness, précédemment paru chez Gallimard Jeunesse. Pour cette série, l’auteur américain s’est vu décerner, en Grande-Bretagne, les prix littéraires les plus prestigieux : Prix Guardian 2008, Booktrust Teenage Prize 2008, Costa Book Award 2009, Canergie Medal 2011.
Les adolescents ne s’y sont pas trompés et plébiscitent déjà cette série… Série qui, sous couvert de littérature jeunesse, traite quelques sujets essentiels !

L’histoire se déroule sur Nouveau Monde, une planète colonisée par des colons terriens quelques vingt ans plus tôt. Todd Hewitt aura 13 ans dans un mois, et deviendra un homme. Il est le dernier garçon de Prentissville, la seule ville qui subsiste sur Nouveau Monde. Il est le dernier enfant, car la planète est uniquement peuplée d’hommes.

Ness01

Et ce n’est pas le seul problème : sur Nouveau Monde, les animaux parlent, et chacun peut entendre les pensées des autres, en permanence, circulant en un brouhaha incessant. On appelle ça le Bruit. Et le Bruit est là partout, tout le temps, s’invitant dans la tête des autres à chaque instant, sans qu’il soit possible d’y échapper, même dans les endroits reculés. Alors que Todd en est à compter les quelques jours qui le séparent de son anniversaire, son père adoptif, Ben, l’envoie ramasser des pommes dans le marais. C’est là, entre les bâtiments des Spackle – ces extraterrestres anéantis à leur arrivée par les premiers colons – que Todd perçoit quelques chose d’inhabituel. Un petit trou dans le Bruit, un morceau de silence, là, caché dans les buissons. Or, c’est impossible. Le silence, ça n’existe pas. C’est donc en pensant à ce petit accroc dans la toile du Bruit que Todd regagne la ferme, promenant ses pensées à travers toute la ville. Il est loin d’imaginer que ce petit morceau de silence va considérablement lui compliquer la vie et l’obliger à fuir… avec les hommes de loi de Prentissville aux trousses.

La première chose qui frappe en ouvrant La Voix du couteau, c’est le style. Todd vit sur une planète à quelques années-lumières de la Terre. La connaissance étant dangereuse, le maire de Prentissville a aboli la lecture et fait brûler tous les livres. Aussi Todd s’exprime-t-il dans un langage… qui a évolué, et pas dans le bon sens. Prononciation incorrecte, tournures approximatives, langage familier… il est parfois difficile de le suivre. Mais, étonnamment, Patrick Ness rend le discours du personnage (tant dans les dialogues que dans la narration, puisque c’est Todd qui raconte toute l’histoire) incroyablement lisible et compréhensible. Passé les quelques premiers chapitres d’adaptation, on se fond dans cet audacieux choix stylistique, qui représente merveilleusement la société déliquescente de Prentissville et de Nouveau Monde. Le vocabulaire, la syntaxe, la grammaire, tout est considérablement appauvri, mais le tout se tient merveilleusement bien ; si le départ semble quelque peu hermétique, il faut s’accrocher, et persister, pour profiter d’un texte proprement génial. Au fil de ses pérégrinations, Todd croise de nombreux personnages qui ne parlent pas tout à fait comme lui : entre ceux qui ont conservé un langage normal et ceux qui l’ont tellement appauvri qu’il est nécessaire de les lire à voix haute pour rendre le discours intelligible, la palette de personnages propose un éventail riche, et à l’image du décor sauvage et pauvre de cette planète semi-hostile.

Dans sa fuite, Todd va parcourir un véritable voyage initiatique : lui qui se languissait de devenir un homme va progressivement perdre son innocence d’enfant au travers d’épreuves dangereuses et souvent douloureuses, qui auront le mérite de lui ouvrir les yeux, et de lui faire comprendre son univers.
Le récit est particulièrement intense : au fur et à mesure que s’enchaînent les péripéties (à bon train), on comprend de mieux en mieux l’histoire de l’univers et tout ce que Todd ignore sur le passé de Nouveau Monde. C’est non seulement particulièrement efficace, mais aussi très prenant ! L’ensemble est particulièrement nerveux : à ce titre, la conclusion produit une frustration intense, et donne prodigieusement envie de lire la suite !
Au fil des chapitres, et au fil de ses découvertes, Todd s’interroge sur l’essence de l’humanité : quand cesse-t-on d’être un homme pour devenir un monstre ? De même, il sera question de justice, de guerre, d’évolution, ou du rapport hommes-femmes, et le tout de manière très intelligente. L’aventure de Todd, si prenante soit-elle, n’est pas gratuite, et sert l’évolution du personnage et de l’univers.

En somme, si La Voix du couteau est, au premier abord, un peu hermétique, c’est un roman qui gagne à être lu. D’une part pour son aventure haletante présentée dans un univers extrêmement riche et travaillé, mais surtout pour toutes les questions qu’il pousse à se poser. Si c’est un excellent roman jeunesse, c’est aussi un roman qui s’adresse à un large public : vraiment, il serait dommage de passer à côté simplement parce qu’il a d’abord été publié dans une collection destinée aux jeunes lecteurs !

Le Chaos en marche, tome 1 : La Voix du couteau, Patrick Ness. Folio SF, 16 octobre 2014. Traduit de l’anglais par Bruno Krebs.

Par Oihana

A propos Oihana 523 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

4 Commentaires

  1. Elle est géniale cette trilogie ! C’est drôle parce qu’elle est passée assez inaperçue quand elle est sortie il y a environ 4 ans et que depuis peu, on n’arrête pas d’en entendre parler…
    Il y a effectivement une petite période d’adaptation au départ (lé fôte mon soté â la figur é ô débu sété dur…) non, j’exagère, mais je me souviens (je l’ai lu il y a 4 ans !) que j’ai eu du mal au début avec le style…
    Mais n’hésitez pas, vous passerez un très bon moment ! Âmes sensibles s’abstenir, si vous n’aimez pas la violence, il s’agit d’un monde en guerre (surtout le tome 3 si je me souviens bien).

    • Oui, depuis la parution poche, on en reparle beaucoup ! Et c’est plutôt chouette, car vu la qualité, il eût été franchement dommage de ne pas s’attarder dessus.

  2. Il me faisait déjà trèèèèès envie mais encore + maintenant! ^^
    J’avais tenté ma chance lors d’une Masse Critique pour ce livre mais le «  »hasard » » n’aura pas été en ma faveur… J’espère vraiment avoir l’occasion de le lire bientôt! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.