LoveStar : l’enfer est pavé de bonnes intentions !

Attention, Zulma nous livre en ce début 2015 un très joli OVNI littéraire avec LoveStar, premier roman de l’Islandais Andri Snær Magnason ! C’est un roman d’anticipation barré, effrayant et somme toute jouissif. Plongez dans l’univers délirant de LoveStar, le rêve d’un visionnaire esclave de ses idées…

LoveStar : son nom est sur toutes les lèvres, partout dans le monde, davantage encore que Google, Microsoft et Apple réunis. L’homme est un scientifique passionné, devenu homme d’affaires par la force des choses : il est à la tête de l’entreprise qui porte son nom et qui a révolutionné les modes de communication, que dis-je, le monde ! En étudiant les oiseaux et les papillons, LoveStar a permis à l’humanité de s’affranchir de l’emprise de l’électronique, des câbles, du cuivre : désormais on peut communiquer sans s’embarrasser d’un smartphone, juste avec la force de l’esprit, et le renfort d’une lentille. Après les moyens de communication, c’est la mort (avec LoveMort, qui envoie les corps dans l’espace et débarrasse la Terre de l’horreur de la décomposition), puis l’amour (InLove, qui calcule votre âme soeur exacte partout dans le monde et guide peu à peu l’humanité vers la paix mondiale) qui deviennent des produits marketings sous l’égide de LoveStar. Forcément, LoveStar est devenu un élément incontournable du quotidien : fort de sa position monopolistique, l’entreprise va toujours plus loin… et justement, son PDG a un tout nouveau projet, encore plus grandiose que les précédents.

C’est dans ce monde qui n’a déjà plus grand chose à voir avec le nôtre que vit Indridi, un monde dans lequel LoveStar est devenu particulièrement invasif. L’entreprise s’invite dans votre quotidien, dans votre tête, diffusant des publicités ultra ciblées dans votre cerveau, grâce aux informations vendues par vos voisins, votre famille et vos amis… Tellement invasif, en fait, que la multinationale va totalement bouleverser la vie bien rangée d’Indridi, jeune homme sans histoire. Celui-ci vit sur un petit nuage depuis qu’il a rencontré la belle Sigridur. Le couple s’aime à la folie, et vit sur un petit nuage : pas de doute, ils ont trouvé l’amour, le vrai, l’unique ! Jusqu’au jour où InLove, le programme révolutionnaire de LoveStar, vient s’en mêler et décrète que la véritable âme sœur de Sigridur n’est pas Indridi mais un certain Per Møller, qui vit au Danemark. Catastrophe ! Sigridur et Indridi ne sont donc pas parfaitement assortis ! Le couple décide de faire fi de la recommandation d’InLove… mais la multinationale n’est pas prête à ce qu’on lui tourne le dos aussi facilement…

Les premières pages ont beau parler de sternes arctiques et de mouches à miel, Andri Snær Magnason réussit tout de même l’exploit de nous ferrer dès les premiers mots. Nous voilà embrigadés dans une drôle de lecture, dans un roman de science-fiction fort bien ficelé où le progrès prend un visage des plus effrayants. Dans le monde de LoveStar, les notions de vie privée et de liberté individuelle sont totalement assujetties à une entreprise au service marketing particulièrement agressif, qui régente la vie des individus en leur disant qu’acheter, qui aimer et comment mourir. LoveMort, le joyau de l’entreprise LoveStar, est probablement l’aspect le plus dérangeant de la multinationale, proposant notamment une euthanasie de masse entourée d’un battage médiatique et publicitaire ultra soigné, se présentant comme le héros de l’humanité toute entière en débarrassant le monde des cimetières et de la décomposition (récupérant de fait les terrains immobiliers souvent très bien placés qui faisaient office de dernière demeure pour les morts) et présentant la mort comme une nouvelle aventure très dans le vent, puisque l’on assiste à la mise en orbite de l’être cher dans une sorte de Disneyland de la mort… Et ne parlons même pas du principe du “rembobinage” d’enfants, qui fait véritablement froid dans le dos… Andri Snær Magnason met en place son monde étape par étape et le lecteur suit son cheminement, fasciné.

LaSolutionEsquimauAW

Revenons à notre petit couple : ils sont jeunes, ils sont mignons, ils sont terriblement niais. Ils dégoulinent littéralement de bons sentiments. Et voilà qu’InLove s’acharne à les séparer, impitoyablement ! Et pour cela, tous les moyens sont bons, y compris les plus fourbes ! Cela serait terriblement drôle si le fond n’était pas aussi terrible.

LoveStar est un roman délicieusement satirique, qui étudie les travers de notre société actuelle et les pousse à leur paroxysme : de la société de consommation toujours plus oppressante à l’écologie négligée, en passant par les sites de rencontre et la pression sociale, tout y passe. C’est le genre de roman qui nous enthousiasme au point de nous pousser inexorablement à en parler à tout le monde : “je lis un livre absolument génial, c’est un coup de cœur et il faut que je te raconte…” Oui, c’est ce genre de petit bijou ! Distrayant, effrayant, LoveStar nous fait cogiter : le mieux n’est-il pas finalement l’ennemi du bien ? Servi de surcroît par une écriture brillante et efficace, le roman se dévore et pourrait tout à fait se relire dans quelques temps… Et cette remarque vient de quelqu’un qui, par principe, ne relit jamais !

Espérons qu’Andri Snær Magnason ne se montre pas visionnaire… N’oublions pas, l’enfer est pavé de bonnes intentions !

LoveStar, Andri Snær Magnason. Zulma, 2015. Traduit de l’islandais par Eric Boury.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 648 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

4 Commentaires

  1. WHOAH, je n’avais jamais entendu parler de ce roman mais c’est exactement ce que j’aime en littérature ! Je vais me le commander de ce pas !!
    Merci pour la découverte <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.