Etiquette et espionnage, une réjouissante aventure steampunk

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1, Étiquette et espionnage, Gail Carriger, Le Livre de Poche

Gail Carriger, de son vrai nom Tofa Boregaard, est une anthropologue et romancière américaine qui a fait une entrée remarquée, avec son excellente série Le Protectorat de l’ombrelle, dans l’univers steampunk. Dans le genre, l’intrigue se déroule durant l’ère victorienne. Mais toute ressemblance au Londres de Victoria s’arrête là. Car chez Gail Carriger, humains, loups-garous, vampires et scientifiques cohabitent. A l’époque de la révolution industrielle, les dirigeables sont les maîtres des airs, et les inventions mécaniques moyennant l’utilisation de beaucoup de vapeur sont légion. Voilà pour le steampunk. La série en cours de l’auteur, Étiquette et espionnage, se déroule dans le même univers steampunk que la série précédemment citée, quoique 25 ans plus tôt, et s’adresse tant aux adultes qu’aux ados.

Sophronia a 14 ans. Ce qui, dans l’Angleterre victorienne, signifie qu’elle devrait être une jeune dame bien élevée, plus préoccupée par sa toilette et l’heure du thé que par autre chose. Mais Sophronia, dernière fille d’une grande fratrie, a la bougeotte et est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières, discuter avec le personnel de maison plutôt qu’au salon, et ne montre aucune des qualités attendues chez une lady. Mrs Temminnick désespère. Elle l’inscrit donc au Pensionnat de Melle Géraldine pour le Perfectionnement des Jeunes Dames de Qualité, au grand dam de Sophronia qui, décidément, n’a pas envie de devenir une jeune lady. Mais Sophronia trouve tout de même de quoi se réjouir. Le voyage jusqu’à l’école lui permet de se faire une meilleure amie et une meilleure ennemie et, surtout, il est tellement haletant qu’il en devient une aventure à lui tout seul. Une fois au pensionnat, Sophronia va de surprise en surprise : l’école est dans un dirigeable, il y a un loup-garou montant la garde et les horaires sont très atypiques.
Ce n’est qu’au bout de quelques cours hautement subversifs (art de la conversation, récupération de cibles, lancer de couteaux, poisons…) disséminés entre les cours d’étiquette, langage des éventails et autres discussions mondaines que Sophronia comprend que cette école n’a rien de ce que sa mère avait en tête. Commence alors un apprentissage haut en couleur !

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1, Étiquette et espionnage, Gail Carriger, Le Livre de Poche

Le Pensionnat de Mlle Géraldine s’adresse clairement à un public un peu plus jeune que ne le faisait Le Protectorat de l’ombrelle. Aussi le langage est-il un peu moins ciselé et l’intrigue légèrement moins alambiquée. Quoi qu’il en soit, Étiquette et espionnage est un très bon roman introductif à la série !
On plonge dans l’univers de Gail Carriger dès les premières pages, la scène initiale mettant le lecteur immédiatement au parfum : l’histoire sera inventive, rocambolesque et parcourue d’un humour caustique très réjouissant. Sophronia, du haut de ses 14 ans, a la tête sur les épaules et son petit côté aventurière n’attendait qu’une école d’espions pour s’épanouir. Le décalage entre ses velléités d’action et le vernis sophistiqué qu’elle tente de maintenir en permanence est extrêmement drôle.
Par ailleurs, l’histoire ne se limite pas seulement à la conciliation des arts féminins et de l’espionnage. Sophronia ne tarde pas à lever un mystère bien consistant qui semble fleurer bon le complot. On a donc le plaisir de se mettre une petite énigme sous la dent tout en explorant l’univers très riche en créatures et découvertes scientifiques très avant-gardistes (et à vapeur!) de Gail Carriger. Les amateurs de steampunk seront servis !

Cette nouvelle série de Gail Carriger démarre donc très bien ! Les aficionados de l’auteur seront ravis de retrouver quelques noms familiers, déjà croisés dans Le Protectorat de l’ombrelle ; les néophytes, de leur côté, devraient découvrir avec plaisir un univers steampunk complexe et travaillé, ainsi qu’une aventure bien tournée. Cet opus présente parfaitement les personnages, leurs caractères et l’univers particulier de l’auteur : on a hâte de retrouver Sophronia et ses camarades dans le deuxième volume, dans une nouvelle aventure aussi extravagante !

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1, Étiquette et espionnage, Gail Carriger. Le Livre de Poche, 22 avril 2015.

A propos Oihana 472 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

2 Commentaires

  1. Je sens que je vais me laisser tenter. J’ai un penchant certain pour le steampunk et j’aime beaucoup l’univers créé par Gail Carriger dans sa série du protectorat. J’espère juste que les 14 ans de l’héroïne ne vont pas me couper dans mon élan…

    • Elle a 14 ans, mais c’est une Alexia en puissance. Il faut juste se dire que l’intrigue est un peu moins alambiquée que dans celles du Protectorat – mais ça reste très chouette à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.