Luke et Jon : portrait d’une jolie amitié

14Voilà un joli petit livre à glisser dans votre sac pour les vacances qui s’annoncent tout bientôt : Luke et Jon, c’est une histoire d’amitié et de solidarité qui fait chaud au cœur. C’est le récit d’une rencontre salutaire pour les deux jeunes garçons qui ont donné son titre au roman.

Car au début du récit de Robert Williams, les deux adolescents ont chacun une vie plutôt tristoune. Quand Luke s’installe dans le petit village perdu de Duerdale, il vient de perdre sa maman dans un accident de voiture, son père noie son chagrin dans le whisky et les huissiers sont venus saisir leurs biens. Voilà Luke obligé de vivre avec son père dépressif dans une maison qui tient plus de la masure que de la pittoresque maison de campagne. C’est l’été, et Luke a de nombreuses journées esseulées à meubler, qu’il occupe à peindre les environs. Jusqu’à sa rencontre avec Jon.

Jon est un OVNI. Il a treize ans lui aussi, mais en paraît onze. Il est petit, maigrichon, souffreteux, peut vous déclamer des pages entières d’encyclopédie, s’habille comme un petit vieux. C’est le souffre-douleur du collège, et il cache une triste réalité familiale. Les deux garçons nouent une amitié solide, qui sera leur radeau de sauvetage.

Robert Williams nous livre une histoire plutôt courte, mais pourtant étonnamment dense, qui aborde aussi bien le thème du deuil que du harcèlement scolaire. Luke et son père ont deux manières différentes de gérer l’absence : la mort brusque de sa mère a projeté brutalement Luke dans le monde des adultes, son père n’arrivant plus à gérer le quotidien après la terrible nouvelle. Mais tous deux reprennent pied dans le monde réel le jour où Jon s’invite chez eux. Le père de Jon réapprend à se concentrer sur quelqu’un d’autre que lui-même, à s’intéresser à de nouveaux projets. Et Luke se découvre quelqu’un à apprécier, à protéger.

14

Le style est simple, mais permet de se glisser sans heurts dans la peau de Luke, le narrateur et de découvrir les pensées de cet adolescent de treize ans, qui trouve refuge dans la peinture, perché sur la colline. On s’attache à son histoire, comme à celle de Jon, qu’on a envie de voir s’épanouir et cesser d’avoir l’air effrayé en permanence. Mais comment pourrait-il en être autrement ? Luke ne tarde pas à découvrir que Jon est maltraité et menacé en permanence par ses camarades. Jon n’ose pas protester, se plaindre auprès d’un adulte. Robert Williams aborde le thème du harcèlement scolaire avec réalisme, montrant à quel point il peut gangrener la vie d’un adolescent au nez et à la barbe des adultes. Personne ne se doute de rien, les professeurs sourient mêmes aux insultes qu’ils surprennent, les jugeant “bon enfant”… Le lecteur est proprement révolté, et quand Luke finit par coller une raclée à la brute en chef qui fait de la vie de Jon un enfer, on se surprend à jubiler.

C’est donc un très bel hymne à la différence que nous livre Robert Williams avec Luke et Jon. Dans le monde très codé du collège, Luke et Jon sont deux outsiders : l’orphelin artiste et le garçon qui passe ses journées à la bibliothèque… Mais fort heureusement, ils se trouvent… Luke et Jon est indéniablement une très jolie histoire fraternelle, à mettre entre toutes les mains.

Luke et Jon, Robert Williams. 10/18, 2015. Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Sabard.

A propos Emily Costecalde 649 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.