La Princesse aux perles, superbe conte du XIXe siècle !

éditions des éléphants, La Princesse aux perles, Mary de Morgan, Yvonne Gilbert

CONTE — Mary de Morgan, auteur anglaise du XIXe siècle, se passionnait pour les contes de fées et en a écrit plusieurs recueils. Fortement influencée par Andersen, elle s’éloigne toutefois des canons classiques du genre : dans ses contes, les héros ne gagnent pas toujours en richesse et en pouvoir – mais en sagesse, oui ! – et les fins ne sont pas toujours très heureuses. La Princesse aux perles  – dont c’est la première traduction française, en est l’exemple type !

Il était une fois une princesse d’une beauté sans pareille, nommée Florimonde. Au vu de la beauté de la princesse, tout le monde la pensait douce et gentille. Or, la princesse n’était si belle que parce qu’elle pratiquait la magie noire, en secret, à l’aide d’une vieille sorcière qu’elle rejoignait la nuit. Elle avait le cœur aussi noir et sec que celui de sa maîtresse.
Un beau matin, le roi décida de marier sa fille, n’ayant pas de fils à qui léguer son royaume – et appliquant, de toute évidence, la loi salique. Voilà qui ne convenait guère à Florimonde : une fois mariée, il serait difficile de cacher à son époux ses allées et venues et elle perdrait donc toute sa beauté. Elle file donc chez la sorcière. Celle-ci lui offre un collier aux pouvoirs fort pratiques : il suffira à Florimonde de le faire pincer entre deux doigts à ses prétendants pour qu’aussitôt ils se transforment en perles. Ainsi équipée, Florimonde peut commencer à décimer les rangs des prétendants.
Alors que tout le monde s’inquiète de voir la princesse sans cesse délaissée par ses potentiels époux devant l’autel, le collier s’enrichit de perles aux couleurs chatoyantes auxquelles personne ne prend garde. Personne sauf… Yolande, la servante de Florimonde, qui semble avoir percé à jour le cœur de sa maîtresse…

éditions des éléphants, La Princesse aux perles, Mary de Morgan, Yvonne Gilbert

On l’a dit, Mary de Morgan n’était pas femme à écrire des contes édulcorés. Et sa Florimonde, cruelle et machiavélique, est aux antipodes des princesses acidulées, sans personnalité et attendant sagement le prince charmant auxquelles nous ont habitués les dessins animés. Non, là, on côtoie une princesse que rien n’arrête et qui n’a que faire des conséquences de ses actes, tant que ceux-ci lui sont profitables. Sans vergogne, elle ment à son père et à son entourage et se fait un jeu de piéger ses prétendants. Autre modernité : les héros du conte, à l’issue de l’histoire, ne gagnent ni richesse, ni pouvoir. Ils sont en vie, heureux… et cela suffit à leur bonheur !

En dehors de ces points, Mary de Morgan respecte la structure classique du conte. En revanche, la quête des héros est parsemée de nombreuses péripéties, certes répétitives, puisque la princesse n’a qu’un pouvoir, mais jamais lassantes. Au contraire, elles donnent un bel aperçu de la noirceur de la princesse, qui contraste avec le cœur pur de Yolande. Le style de Mary de Morgan, légèrement désuet (XIXe oblige !) nous plonge dans l’ambiance hautement romantique (au sens premier du terme, évidemment) du conte.

Celle-ci est sublimée par les merveilleuses illustrations d’Yvonne Gilbert, qui collent tout à fait à l’esprit du conte de fées un peu noir sur les bords. Les dessins fourmillent de détails, les expressions des personnages sont extrêmement soignées et on pourrait passer des heures entières à examiner la précision des illustrations !

Les éditions des éléphants ont choisi de mettre à l’honneur un superbe conte à la fois classique et original, dans une traduction et une édition de grandes qualités. S’il semblera peut-être un peu complexe aux plus jeunes, nul doute qu’il ravira les jeunes lecteurs dès 8 ans !

La Princesse aux perles, Mary de Morgan (textes), Yvonne Gilbert (illustrations). Traduction d’Ilona Meyer. Editions des éléphants, 5 novembre 2015.

A propos Oihana 526 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.