Quoi qu’il arrive, un roman à facettes ultra réussi !

Quoiqu'il arrive, Laura Barnett, Les Escales
Visuel : prix Relay

ROMAN MULTIPLE — Deuxième livre sélectionné dans le cadre du prix Relay, Quoi qu’il arrive est une délicieuse surprise, au pitch original et à la réalisation soignée ! Serait-il notre petit chouchou dans le cadre du prix ? Peut-être bien…

Laura Barnett a eu une idée simple et pourtant originale : imaginer trois versions d’une même histoire et en suivre le fil des décennies durant. Les protagonistes sont les mêmes, mais ce qu’il leur arrive varie selon les variantes. Il fallait y songer !

Voilà le point de départ des trois histoires : Eva, jeune Britannique de dix-neuf ans, est étudiante à l’université de Cambridge. Elle a pour petit ami David, un acteur ambitieux et égocentrique. Un jour, elle a un accident de vélo. Non loin, un passant assiste à la scène. Il s’appelle Jim, a lui aussi dix-neuf ans. À partir de ce moment-là, que va-t-il se passer ? Laura Barnett imagine donc trois possibilités, avec un seul fil rouge : quoi qu’il arrive, Jim et Eva finiront ensemble.

Trois versions, c’est ni trop peu, ni trop. C’est très bien vu de la part de Laura Barnett, qui aurait risqué de nous perdre dans les méandres de ses histoires alternatives s’il y en avait eu davantage. Ces trois variantes se répondent en écho, le lecteur se plait à y voir des clins d’oeil, à traquer les pistes divergentes, les événements communs. De bien des manières, Quoi qu’il arrive rappelle l’excellent Une vie après l’autre, et ce n’est pas un petit compliment !

Quoiqu'il arrive, Laura Barnett, Les Escales

L’histoire d’Eva et de Jim est tour à tour réjouissante, tragique, drôle, frustrante : Laura Barnett sait tirer les bonnes ficelles, et joue avec les ambitions et les opportunités de son couple. Plus d’une fois, elle saura vous tirer quelques larmes… tout particulièrement lors du final, extrêmement émouvant. C’est qu’en une vie, vécue en trois exemplaires, les personnages auront eu largement le temps de nous toucher : on s’y attache en quelques pages, ils deviennent bien vite comme de vieux amis dont on aime suivre l’évolution.

Ces trois histoires permettent à Laura Barnett de brasser un grand nombre de thèmes : immigration, star-system, condition féminine, la condition des soignants, l’expatriation, l’art… Eva est probablement le personnage le plus fascinant, car elle arrive à s’affranchir du rôle de femme au foyer dans lequel son époque aimerait la voir confinée. Faisant preuve de beaucoup d’ambition, elle se montre bien souvent admirable ! Face à elle, Jim aura parfois du mal à vivre son art, la peinture, sereinement. Il est l’expression même des inhibitions et des pressions inconscientes presque inséparables de toute pratique de l’art… Bien que parfois aux dépends du personnages, c’est très intéressant à observer… surtout quand on peut observer les conséquences de certains de ses choix les plus importants.

Nous espérons que ce premier roman saura vous convaincre : il nous aura, en tout cas, fait vivre toute une palette d’émotions !

Quoiqu’il arrive, Laura Barnett. Les Escales, 14 avril 2016. Traduit de l’anglais par Stéphane Roques.

A propos Emily Costecalde 646 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.