Les mille talents d’Euridice Gusmão, la condition féminine sur un rythme de samba

Les mille talents d’Euridice Gusmão, Martha Batalha, Éditions Denoël

ROMAN  — «Responsable de l’augmentation de 100 % du noyau familial en moins de deux ans, Eurídice décida de se désinvestir de l’aspect physique de ses devoirs matrimoniaux. Comme il était impossible de faire entendre raison à Antenor, elle se fit comprendre par les kilos qu’elle accumula. C’est vrai, les kilos parlent, les kilos crient, et exigent – Ne me touche plus jamais. Eurídice faisait durer le café du matin jusqu’au petit déjeuner de dix heures, le déjeuner jusqu’au goûter de quatre heures, et le dîner jusqu’au souper de neuf heures. Eurídice gagna trois mentons. Constatant qu’elle avait atteint la ligne, cette ligne à partir de laquelle son mari ne s’approcherait plus d’elle, elle adopta à nouveau un rythme alimentaire sain.»

Sous une prose pleine d’humour et de légèreté, Martha Batalha aborde le sujet très sérieux et encore assez méconnu de la condition féminine au Brésil dans les années 50. Voilà un sujet tout à fait d’actualité, la condition féminine. Nous n’irons pas créer une polémique en qualifiant ce roman de « féministe » quoique…

Le roman s’articule autour de deux personnages féminins, pour lesquels l’auteur a beaucoup de tendresse, Euridice et sa sœur Guida. Toutes deux font avancer le roman à leur rythme en lui prêtant leur personnalité et leur histoire propres. Ce qu’elles ont en commun ? Une vie « brisée », chacune à sa façon, par les hommes. Ces même hommes que Martha Batalha dépeint souvent comme lâches, matérialistes et immensément machos.

Les mille talents d’Euridice Gusmão, Martha Batalha, Éditions Denoël

Derrière un ton humoristique et loufoque, elle nous interpelle sur ce rôle très restreint de la femme dans la société patriarcale et misogyne du Brésil de l’époque, cette femme cantonnée au foyer, contrainte d’étouffer sa personnalité pour se conformer à ce que la société veut d’elle. Avec sa grande intelligence, Euridice ne peut pas s’accepter dans ce rôle de potiche. Pourtant on ne lui laisse pas le choix, on veut brider ses multiples talents pour la conformer au moule de la parfaite épouse, l’empêchant ainsi de s’épanouir.

Impossible de lire ce roman sans penser à l’actualité. Si la condition féminine a beaucoup évolué depuis les années 50 et que notre épanouissement est mieux accepté, nous ne pouvons oublier que les femmes ne sont pas encore considérées comme l’égal des hommes partout dans le monde et qu’il reste beaucoup à faire …

Avec sa prose très rythmée, comme un hymne à la musique brésilienne, Martha Batalha nous entraîne dans le tourbillon d’énergie d’Euridice et nous pousse à réfléchir tout en nous amusant. Car, il faut le rappeler, Les mille talents d’Euridice Gusmão, est un ouvrage où l’ennui n’existe que pour son héroïne. Le lecteur, lui, ne peut que prendre du plaisir à sa lecture !

En conclusion, c’est un roman haut en couleur, à l’image de sa couverture.

Les mille talents d’Euridice Gusmão, Martha Batalha. Éditions Denoël, 2017. Traduit par Diniz Galhos.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.