Calame, de l’excellente fantasy française !

FANTASY — Paul Beorn est un auteur français, spécialisé depuis quelques années déjà dans les littératures de l’imaginaire. En même temps, avec un pseudonyme rendant hommage à Tolkien, il ne pouvait vraisemblablement pas en être autrement. Nous vous présentons aujourd’hui le premier tome de son nouveau diptyque, où il a su une fois de plus s’approprier tous les codes qui font le succès de l’heroic fantasy. Mais comme il le dit lui-même, les codes sont fait pour être brisés. Et il faut bien avouer qu’il a fait cela avec une grande maestria.

L’histoire prend place dans un univers d’inspiration médiévale (la Westalie, dirigée par l’impitoyable Roi Lumière), après un an de guerre civile entre le pouvoir en place et un groupe de rebelles. Mais dès les premières pages, c’est la débandade : on apprend que Darran Dahl, le leader charismatique des révoltés, a été tué au cours d’une bataille importante et que tous ses compagnons sont désormais emprisonnés dans les cachots de la forteresse royale. Parmi eux, la jeune Maura, qui est sollicitée par le conteur royal pour raconter sa version des faits. D’Arterac, le conteur, a en effet été missionné pour écrire la légende de Darran Dahl et propose à la jeune fille d’ajourner son exécution si elle lui livre son témoignage. Acculée, Maura accepte et va mettre son sursis à profit pour planifier son évasion.

Un roman qui s’ouvre avec la mort de son personnage principal, ce n’est quand même pas banal. Eh bien, pari réussi pour Paul Beorn, qui non seulement nous entraîne en totale immersion dans l’histoire de Darran Dahl, mais qui parvient à surprendre ses lecteurs, même en commençant par la fin. Ce récit est construit autour d’une série d’interviews de la part de D’Arterac, qui va à la rencontre des différents témoins de la vie de Darran Dahl. De fil en aiguille, les éléments des différents témoignages s’assemblent pour former un portrait fidèle, bien que parfois subjectif, du chef de la rébellion. Les chapitres sur le passé de Darran alternent avec les chapitres ayant lieu dans le présent, dans lesquels nous suivons tour à tour D’Arterac dans son enquête et Maura dans sa cellule. Le récit est donc bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord : il n’y a pas une mais trois intrigues principales, qui s’imbriquent parfaitement les unes dans les autres !

Les Deux visages, Paul Beorn. Bragelonne

Le récit présente un très fort aspect politique qui est extrêmement intéressant. Paul Beorn offre à son lecteur une place de choix pour observer les jeux de pouvoir entre les dirigeants : coups d’état, importance de la religion et autres luttes intestines qui gangrènent le pays sont ici mis à l’honneur.
L’autre cheval de bataille de ce récit concerne la place de la femme dans la société. À l’origine, cette société était régentée par les femmes, mi-déesses mi-guerrières. Mais cette situation n’a pas perduré puisque le Roi Lumière a tout mis en oeuvre pour les destituer, non seulement de leur statut, mais également de leur humanité : elles sont désormais considérées comme des “sans-âmes”. Cela implique qu’elles ne valent pas plus, aux yeux de la loi, qu’une table ou que tout autre meuble et qu’elles n’existent qu’à travers les hommes qui les possèdent (seigneurs, maris, pères). Pas mal de réflexions transposables à notre histoire passée (et actuelle) en perspective donc !

Ce roman cache donc bien son jeu derrière sa belle couverture et son résumé somme toute assez classique. Mais ne vous y fiez pas, le format est bien plus original que ça ! La plume de l’auteur et son imagination font des merveilles et on sent que l’univers a encore bien des surprises à nous révéler : alors, vite, vite la suite !

Calame, tome 1, Les Deux visages, Paul Beorn. Bragelonne, mars 2018.

Par Coralie

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.