Phoolan Devi, reine des bandits : histoire d’une incroyable rebelle

Phoolan Devi, reine des bandits, Claire Fauvel, Casterman

BANDE-DESSINÉE — Claire Fauvel est illustratrice ; après avoir travaillé dans l’animation, elle a signé (en 2015) sa première bande-dessinée en solo, Une saison en Égypte, et (en 2017) sa première collaboration, La Guerre de Catherine, une bande-dessinée historique jeunesse pour laquelle Julia Billet (la scénariste) et elle, ont reçu pas moins de trois prix prestigieux.
Et la voici cette année qui s’attelle à une biographie dessinée, consacrée à une combattante acharnée méconnue : Phoolan Devi, reine des bandits.

Mais d’abord, qui est Phoolan Devi ? Elle naît en 1963 dans l’Uttar Pradesh (au nord de l’Inde), dans une des plus basses castes de la société indienne. Très tôt, elle est confrontée à l’injustice et à la violence. Mariée à 11 ans à un homme bien plus âgé, elle est séquestrée et violée pendant des mois avant que ses parents ne la récupèrent et n’obtiennent l’annulation du mariage, ce qui fait de la fillette une paria dans son propre village. Mais cela ne fait pas taire la révoltée qu’elle est et qui, très jeune déjà, lutte contre les injustices. Cela lui vaut d’être enlevée (sur ordre d’un de ses cousins, qui a déjà réussi à la faire arrêter, maltraiter et violer par la police) par une bande de bandits, des dacoïts, avec qui elle vivra quelques années tumultueuses.
Sans révéler trop de détails, on vous dira simplement qu’elle finira un jour par être cheffe de bande, qu’elle fera 11 ans de prison (au lieu des 8 négociés), qu’elle sera incarcérée pour 47 chefs d’accusations, qu’à sa sortie elle deviendra finalement députée, avant d’être assassinée en 2001, alors qu’elle était toujours en poste.

Phoolan Devi, reine des bandits, Claire Fauvel, Casterman

Fatalement, la bande-dessinée de Claire Fauvel est sombre, pour ne pas dire sordide. Car elle ne cache rien des terribles (et innombrables) sévices dont a été victime Phoolan Devi et de l’irrépressible (et très compréhensible) colère que cela a engendré. Sous ses crayons, on suit Phoolan de son enfance (pas très heureuse) à sa sortie de prison. Entre les deux : beaucoup de combats, bien trop de viols, quantité de désillusions et quelques lueurs d’espoir (tout de même).
Au fil des péripéties, on découvre des facettes de l’Inde assez peu glorieuses, des spécificités qui peuvent paraître surprenantes au néophytes. Mais Claire Fauvel parvient à rendre les situations limpides, si complexes soient-elles. Ainsi, le système des castes indiennes est-il expliqué et décrypté, ce qui permet de comprendre la plupart des injustices subies par Phoolan Devi et ceux qu’elle défend.
Mais il serait réducteur de croire que sa caste de naissance est la seule raison des sévices qu’elle subit. Évidemment, le fait d’être une femme n’arrange rien à la situation et aggrave sans aucun doute les violences qu’on lui a faites. Entre les lignes, c’est donc le sort des femmes indiennes, notamment de basses castes, qui est évoqué. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est guère enviable.

Pourtant, la bande-dessinée se dévore. Déjà parce que Claire Fauvel dessine cette aventure avec beaucoup de talent. Ses paysages, notamment, sont à couper le souffle ! Elle s’est par ailleurs parfaitement approprié le parcours hors du commun de la combattante : aux grands épisodes de sa vie, elle entremêle les réflexions de la femme sur l’injustice, la violence, le patriarcat, la pauvreté. Le récit s’appuie d’ailleurs sur l’autobiographie de Phoolan Devi (publiée par Robert Laffont) et sur différents essais retraçant son parcours.  On ne regrettera qu’une chose : que l’album s’arrête à la libération de Phoolan Devi, car on aurait voulu en savoir plus sur son parcours politique et sur ses actes légaux. C’est dire si le récit est fluide et prenant !

Au terme des ces quelques 200 pages, Claire Fauvel signe une bande-dessinée biographique magistrale : par une narration et un dessin sobres, elle fait passer une histoire d’une violence et d’une injustice à peine soutenables, mais néanmoins passionnante. Elle retranscrit à merveille la figure et le parcours de Phoolan Devi, hors du commun en tous points. Allez-y en sachant que vous mettez les pieds dans un récit sombre et violent, mais allez-y sans hésitation !

Phoolan Devi, reine des bandits, Claire Fauvel. Casterman, 22 août 2018.

A propos Oihana 510 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.