L’histoire du jazz : les origines

Les origines du jazz

Le jazz est né dans le Sud des Etats-Unis, en Louisiane, au début du XXème siècle. C’est une musique de métissage, né du croisement entre la musique des esclaves noirs (le Blues, le Negro spiritual, le Gospel, le Ragtime) et la musique européenne. Les premiers Jazz Bands, fanfares de rues composées de cuivres, naissent à la Nouvelle-Orléans, et en particulier dans les quartier de Storyville, à la réputation sulfureuse. Si le jazz est avant tout une musique de groupe, les premiers solistes, comme Sidney Bechet et le trompettiste Louis Armstrong, vont rapidement s’imposer dans ce jazz Nouvelle-Orléans.

Avant qu’il bénéficie d’une diffusion plus large grâce au disque, le jazz trouve son public surtout au sein des clubs. Les premiers clubs de jazz voient le jour à la Nouvelle-Orléans, avant que la population afro-américaine ne parte en masse vers le Nord et notamment à Chicago suite à la fermeture du quartier mythique de Storyville, devenu un camp de base pour l’armée américaine pendant la seconde guerre mondiale.

Mais c’est New-York qui devient la véritable capitale du jazz dans l’entre-deux-guerres. On y voit naître un grand nombre de clubs au moment de la prohibition, surtout dans le quartier de Harlem. Les plus célèbres restent le Savoy ou le Cotton Club. Enfin, et comme la musique classique, le jazz procure une sensation de bien-être à notre cerveau et adoucit les mœurs !

L’évolution du jazz

Influencé par les autres courants musicaux, le jazz a donné naissance à de nombreux sous-genres au fil des décennies. Au début des années 30 apparaît ainsi le Swing, au style très dansant et joué essentiellement par de grands orchestres appelés Big Bands, notamment ceux de Duke Ellington, de Count Basie ou de Cab Galloway.

Dans les années 40, de jeunes jazzmens aiment à se retrouver plutôt dans des formations plus petites, des quartets ou des quintets, créant ainsi une nouvelle tendance, le Bebop. Une plus grand part est laissée à l’improvisation, la rythmique devient plus complexe et plus rapide. Le saxophoniste Charlie Parker, surnommé Bird, fut une figure centrale du bebop.

A la fin des années 50 John Coltrane est à l’origine du Free jazz, basé essentiellement sur l’improvisation, sans réelle structure musicale. Puis au cours des années 50, le trompettiste Miles Davis souhaite revenir à un genre plus calme et apaisé que le bebop, c’est la naissance du Cool jazz, associé à la côte Ouest des Etats-Unis. Par réaction à ce genre dominé par des musiciens blancs, naît aussi le Hard bop qui cherche à revenir aux origines du jazz avec des sonorités empruntées au blues et une rythmique enlevée.

Toujours en perpétuel renouvellement, le jazz donnera naissance encore à bien d’autres courants dans les décennies suivantes comme le latin jazz, le soul jazz, le jazz funk, le jazz manouche ou encore l’acid-jazz.

 

A propos Kévin Costecalde 202 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.