Jolis jolis monstres : plongée dans le NY des drag-queens !

Jolis jolis monstres

ROMAN — Récit à deux voix, Jolis jolis monstres est un roman sur la culture drag et underground qui court du New York des eighties aux shows télévisés de nos jours. Le roman de Julien Dufresne-Lamy nous plonge dans un monde souvent méconnu, dont il nous donne les clefs avec beaucoup d’aisance, comme s’il y était.

À la toute fin des années 70, à Atlanta, un jeune garçon prénommé James découvre l’univers des drag-queens. Fasciné, il met une perruque et devient Lady Prudence, prête à brûler les planches. En 1980, il arrive à New York, là où tout se passe : Lady Prudence devient un membre important de toute la culture underground de l’époque, et fréquente les plus célèbres drag-queens de l’époque, mais également Keith Haring, Basquiat, Warhol, Madonna, tous ceux qui ont fait du New York des eighties une parenthèse bruyante et virevoltante. Trente ans plus tard, il devient le mentor de Victor, un ancien délinquant de Los Angeles, bien décidé à devenir drag-queen à son tour…

Immersion totale dans les cabarets new-yorkais des années 80, Jolis jolis monstres ne noie pourtant jamais le lecteur. Il peut se sentir un peu submergé par cette culture bien souvent méconnue, avec son vocabulaire spécifique (vogue, ballroom, Maison…), mais l’auteur lui lance une bouée et lui explique tout au fur et à mesure. À la fin du roman, des photos viennent d’ailleurs étayer cette fiction construite sur bon nombre de personnages et de faits réels. C’est presque sociologique, en tout cas méticuleusement construit. Le roman passe en revue l’évolution des moeurs, parle certes d’homophobie et de transphobie mais également et surtout d’acceptation de soi. Il aborde bien évidemment les années sida, le choc et la peur des débuts, la perte des amis, la banalisation de la maladie.

Ce n’est pas un roman facile, car les personnages sont à vif et vivent parfois des choses très glauques, mais c’est une lecture nécessaire et enrichissante sur un milieu qui souffre de bon nombre de clichés. À ne pas voir comme une simple curiosité, mais bel et bien comme une prise de parole engagée.

Jolis jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy. Harper Collins Poche, 2020.

A propos Emily Costecalde 755 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.