Ocean’s Eleven, jackpot pour un casting de rêve

L’univers des jeux d’argent inspire la pellicule aussi bien au cinéma que sur le petit écran. Le casino devient un lieu mythique où tout peut se passer, la salle de jeu devient synonyme de glamour, de stratégie, d’adrénaline et de toutes sortes d’intrigues. Retour sur un film qui a marqué l’année 2001 avec son casting de star, Ocean’s Eleven. Si jamais vous avez besoin de vous mettre dans le bain, allez faire un tour sur TonyBet Casino Canada.

Ce n’est pas seulement que «Ocean’s Eleven» regorge de personnes vraiment célèbres. C’est que, pour la plupart de ces personnes qui, oui, sont exceptionnellement célèbres « Ocean’s Eleven » est l’un de leurs plus grands succès. Le film est aussi grand que ses stars.

Sur le tableau de bord de carrière de George Clooney, «Ocean’s Eleven» est deuxième, derrière seulement «Gravity». Il est troisième pour Brad Pitt, à peine devancé par «Mr. & Mrs Smith »et un peu derrière« World War Z ». Il est quatrième pour Matt Damon (et donc devant tous les films «Bourne» sauf un). C’est le film le plus rentable de la carrière de Julia Roberts; c’est aussi le meilleur revenu du réalisateur Steven Soderbergh.

Certes, il est au septième rang du classement de Don Cheadle, mais les six premières places sont tous des films de Marvel Cinematic Universe, c’est donc une comparaison approximative.

La fin du 20e et le début du 21e siècle ont vu les dollars du box-office s’éloigner des stars et se tourner vers les franchises.Il n’est donc pas particulièrement choquant de constater que l’un des meilleurs revenus pour bon nombre des artistes les plus reconnaissables au monde soit une photo de braquage de 20 ans. (Bien qu’il soit quelque peu surprenant que Julia Roberts ne soit jamais apparue dans un film de 200 millions de dollars; « Ocean’s Eleven » a recueilli 183,4 millions de dollars.) Mais penser d’abord « Ocean’s Eleven » comme une cavalcade d’étoiles n’est pas tout à fait juste; si quoi que ce soit, il a rendu ses étoiles plus célèbres.

En mettant à jour la cape de 1960 du Rat Pack, Soderbergh a absolument cloué la formule d’un film de braquage moderne, d’une manière si satisfaisante que rien (y compris les suites du film) n’a pu l’égaler depuis. La formule qui est beaucoup plus simple que la description impassible de Danny Ocean du braquage presque impossible en question est simple: présenter nos personnages, lancer le braquage, mettre les pièces en place, exécuter.

«Ocean’s Eleven» ne bouge pas vraiment en actes; le scénario, de Ted Griffin, opte plutôt pour une action montante continue. Les choses deviennent de plus en plus tendues à mesure que le plan devient de plus en plus usé, y compris la grande tournure du milieu du film: le casino que notre équipe hétéroclite envisage de voler est géré par le gars actuellement au lit avec l’ex-femme de Danny. Le charisme du grand écran explose de Clooney et Roberts dans un échange captivant qui donnera envie à quiconque d’avoir une conversation sérieuse dans un restaurant de Vegas.

Malgré toute la tension, cependant, «Ocean’s Eleven» est fondamentalement une comédie rapide, spirituelle et chargée de talent comique chevronné. Il est tout à fait logique que ce soit un grand succès, le choix automatique de date pour les dernières semaines de 2001 et le début une partie de l’année suivante: c’est sophistiqué sans être un truc, drôle sans être écoeurant, passionnant sans être désespéré.

En bref, c’est un film pour adultes, le genre que les stars de cinéma ont toujours fait et dans lequel ils ont toujours excellé.

A propos Kévin Costecalde 301 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.