Les Naufragés de Velloa : planet opera au menu !

SCIENCE-FICTION — Romain Benassaya est un auteur français que l’on retrouve souvent au rayon science-fiction. Sans surprise, Les Naufragés de Velloa est du genre !

XXVIIIe siècle. Suite à la destruction de la Terre, Mars et Vénus régentent le système solaire et protègent jalousement leur surface des milliards de réfugiés condamnés à l’errance et la précarité.
Quand l’agent martien Mark Slaska découvre la preuve que l’Embrun 17, un vaisseau de naufragés à qui Vénus a refusé l’asile, a rejoint l’étoile Sigma Draconis quatre cents ans plus tôt, une vive stupéfaction s’empare des deux planètes-forteresses. Comment un appareil à peine capable de franchir la distance Terre-Vénus a-t-il pu parcourir une distance de près de 20 années-lumière de manière quasi-instantanée ? Existe-t-il une force, dans l’orbite de l’étoile, qui les y aurait invités ? Martiens et Vénusiens décident d’organiser une mission conjointe vers le système de Sigma Draconis. Mais, derrière l’entente de façade, les représentants des deux peuples sont bien décidés à découvrir la force mystérieuse qui se cache dans l’orbite de l’étoile, et s’en emparer pour asseoir la domination de leur camp.

Dans un futur proche et post-apocalyptique (de plus en plus crédible), la Terre est devenue inhabitable et Martiens comme Vénusiens veillent à ce que les Naufragés du système solaire – cordialement appelés Blattes par leur haute société – restent à leur place, c’est-à-dire dans les bas-fonds de la galaxie. Évidemment, un vaisseau échappé 400 ans plus tôt vers une planète potentiellement habitable leur titille la curiosité : il est impensable de laisser échapper un tel joyau ! Les voici donc partis pour monter une opération conjointe, impliquant Mark, un agent des renseignements Martiens, et Karen, l’héritière Vénusienne. A ces deux protagonistes s’ajoutent rapidement deux autres personnages centraux : Línea, une Jupitérienne (une “Blatte” !) attachée aux services de Karen et Dayani, une jeune habitante de Velloa qui aimerait quitter son affreuse planète.

Au gré des chapitres, on oscille entre ces quatre personnages, dont on s’aperçoit assez vite qu’ils peuvent avoir des objectifs… tout à fait divergents. Ce qui alimente agréablement le suspense, en plus de celui induit par l’intrigue elle-même. En effet, la découverte de Velloa par la mission conjointe n’est pas de tout repos : il faut composer avec la nature très hostile, mais aussi avec la population locale, qui a instauré une société religieuse très stricte (au programme : esclavage, mariages forcés, malformations génétiques et autres joyeusetés) et qui ne voit pas l’arrivée de potentiels colons d’un très bon œil.

Le roman, découpé en six parties, mêle plusieurs influences : au space-opéra et au planet-opéra attendus, se mêle donc un brin d’espionnage parfaitement intégré. Outre ces aspects vraiment prenants, le récit aborde quelques thématiques intéressantes : au fil des chapitres, il est donc question d’écologie, de fanatisme religieux, ou encore du statut des réfugiés (ce qui, évidemment, ne peut manquer de faire écho à l’actualité). Tout cela est mêlé au récit, intégré peu à peu, et la réflexion se nourrit des nombreuses péripéties.
Car oui, des péripéties, il y en a : difficile de s’ennuyer dans ce roman, tant l’auteur maîtrise le sens du rythme. Non seulement, c’est rythmé, mais sans effet de surenchère. Évidemment, on pourra regretter quelques facilités et coïncidences bien pratiques mais, honnêtement, l’ensemble s’avère si prenant et si bien mené que l’on passe rapidement outre.

En somme, Romain Benssaya signe un roman de science-fiction aussi palpitant que maîtrisé. L’intrigue, agréablement dense, est menée de main de maître, et mêle parfaitement planet opera et espionnage. Point bonus : il s’agit d’un one-shot, parfait à glisser dans sa valise cet été, donc !

Les Naufragés de Velloa, Romain Benassaya. Pocket, réédition 1er mai 2021. 

A propos Oihana 666 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.