Le Trône des Sept Îles : fantasy maritime

FANTASY — Adalyn Grace est une autrice américaine dont le premier roman, Le Trône des Sept îles, a été plébiscité par la critique. La traduction vient de paraître en France : verdict !

C’est le grand jour pour la princesse Amora. Fille unique de la famille Montara qui dirige le royaume de Visidia depuis plusieurs générations, elle va devoir asseoir sa position d’héritière du trône en effectuant une démonstration de sa magie devant son peuple. En effet, sa famille détient la redoutable magie des âmes et seule une parfaite maîtrise de cette magie peut permettre à un Montara de monter sur le trône. Amora s’est entraînée très dur pour ce rite… qui malheureusement tourne au désastre, l’obligeant à fuir.
Elle fait alors la rencontre de Bastian, un mystérieux pirate avec lequel elle va passer un marché. Ensemble, ils vont parcourir les mers du royaume avec pour objectif de stopper l’émergence d’une nouvelle magie destructrice. Si elle échoue, Amora mettra en péril le destin de Visidia et perdra la couronne des sept îles à tout jamais.

Si vous n’aimez pas les personnages antipathiques : passez votre chemin ! En effet, Amora est l’héritière désignée de son royaume et ça, elle l’a bien compris. Place donc à une princesse prétentieuse, imbue de sa personne et d’un égoïsme consommé. On ne peut nier que l’autrice a parfaitement réussi son personnage ! De fait, aux côtés d’une telle personnalité, les deux autres protagonistes, le pirate Bastian et le (futur) prince consort Ferrick semblent un peu pâles en comparaison et ce d’autant qu’ils ne décollent guère des traits archétypiques du prince un peu inutile pour l’un, du pirate baroudeur-aventurier-un-peu-menteur-mais-canon pour l’autre.

Le récit nous entraîne dans un royaume maritime vraiment intéressant, réparti en sept îles. Un peu à la façon de Divergent, chaque île a développé un pouvoir magique particulier, qui définit entièrement sa population – la famille royale se retrouve donc seule à pouvoir manipuler la magie des âmes. La conception est donc intéressante, mais l’autrice est malheureusement un peu avare de détails sur le fonctionnement de sa magie, alors qu’on aimerait clairement en savoir plus ! On se rattrape donc sur l’univers, dont les paysages et particularités sont décrits de façon hyper visuelle, ce qui rend le récit très immersif.

Et c’est heureux, car côté péripéties, le récit peine un peu à décoller : évidemment, il y a un secret sous l’existence de cette magie, évidemment le triangle amoureux dégénère en romance hyper rapide et pas franchement crédible. Les évolutions du récit manquent un peu de surprises, tant celui-ci semble suivre un chemin déjà moult fois arpenté dans le genre.

Au terme de l’exploration de trois des sept îles annoncées par le titre, l’autrice conclut l’arc de ce récit de façon très satisfaisante, ce qui peut à la fois donner envie d’en savoir plus sur l’univers en général, tout en concluant sans aucune frustration la première partie de ce diptyque.

Le Trône des Sept Îles, tome 1, Adalyn Grace. Traduit de l’anglais par Aurélie Orkan. De Saxus, 26 août 2021. 

 

A propos Oihana 628 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.