L’Antre des louves : deuxième avis !

L'Antre des louves

HISTORIQUE — Dans la foulée de Coralie, j’ai également lu le roman L’Antre des louves d’Elodie Harper. Premier tome d’une trilogie consacrée à Pompéi, ce roman nous entraîne dans les bas-fonds de la fameuse cité à peine quelques années avant sa destruction dans la tristement célèbre éruption du Vésuve.

Bienvenue à Pompéi en 74 avant JC : rien ne destinait Timarété, fille d’un médecin grec aisé, à fouler les pentes du Vésuve. Mais après la mort de son père, la jeune fille est réduite en esclavage et quitte la Grèce pour l’empire romain. De jeune fille de bonne famille, elle devient prostituée dans un bordel glauque. La chute est terrible. Devenue Amara, la jeune femme comprend vite cependant qu’elle détient un pouvoir incroyable sur les hommes de la ville. Elle est bien déterminée à se servir d’eux et de leurs bas instincts pour retrouver la liberté et peut-être même, s’élever dans la société…

Impétueuse, ambitieuse et déterminée, Amara est un personnage féminin fort qui ne se laisse pas abattre et qui est prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut. Sa force, sa volonté et son courage en font un personnage extrêmement attachant, que l’on prend plaisir à avoir comme guide dans les ruelles tortueuses de Pompéi. À ses côtés, le lecteur découvre l’atmosphère embuée des bains romains, l’ambiance festive des villas des beaux quartiers, et l’aura poisseuse des tavernes miséreuses de la célèbre ville italienne. Les amateurs de romans historiques seront heureux, mais pas pleinement ravis : l’histoire débute in media res, et l’autrice prend rarement le temps de détailler les grandes lignes de l’arrière-plan historique. Le lecteur reste ainsi avec bien des questions : par exemple, que risque concrètement une esclave qui fuit ? En revanche, l’autrice plonge bien le lecteur dans le quotidien des prostituées et répond à des interrogations plus triviales du lecteur, comme les moyens de contraception de l’époque pour ces femmes qui accueillaient dans leurs cellules au moins trois hommes par nuit… En somme, il faut prendre le train en marche.

Le récit est impitoyable, mais pas voyeuriste : les scènes de sexe sont volontiers occultés via des ellipses. L’autrice préfère mettre l’accent sur la camaraderie qui unit les cinq prostituées du lupanar, mais aussi sur leur jalousie potentielle et leurs ambitions personnelles. Leur désespoir est tout de même palpable, particulièrement dans le traitement de deux des personnages, Didon et Cressa. La première était une jeune fille respectable enlevée par des pirates qui sait que même si elle retrouvait sa famille, elle serait rejetée car devenue prostituée. La deuxième porte le deuil de son enfant, vendu sans ménagement par leur maître…

Ce roman pourrait se suffire à lui-même, mais on se doute que ce n’est que le début de l’histoire d’Amara : pris dans le tourbillon de son quotidien et de son ambition, le lecteur brûle d’envie de lire la suite et de découvrir comment Amara va poursuivre sa vie, et surtout si elle parviendra à se venger de son maquereau… Suite au prochain épisode !

L’Antre des louves, Elodie Harper. Calmann Lévy, mai 2022. Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Manon Malais.

A propos Emily Costecalde 983 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.