La Valse des tulipes : tueur en série, surf & marécages !

ROMAN POLICIER — Après un passage par le journalisme et les guides de voyage, Ibon Martín s’est adonné aux romans policiers. Si la série qui l’a fait connaître en Espagne est toujours inédite en français, ce n’est pas le cas de sa deuxième, qui suit l’enquêtrice Ane Cestero, et dont le premier tome, La Valse des tulipes, vient d’être réédité en poche !

L’estuaire d’Urdaibai, paradis biscayen qui vit au rythme des marées, voit soudainement sa tranquillité mise à mal par le meurtre hautement cinématographique de sa présentatrice radio préférée (écrasée par le train régional que conduisait son mari). L’assassin a pris le soin de déposer une tulipe rouge dans la main de la défunte présentatrice, et de relayer l’abominable scène en direct, sur Facebook. Et il ne s’arrête pas là. Bientôt, toute la région tremble. Ane Cestero, une jeune inspectrice de Bilbao, férue de rock énervé et de mythologie, est aux commandes d’une nouvelle unité d’élite pour résoudre l’affaire avant que la presse ne fasse souffler un vent de panique sur toute la région. Ce qui est loin d’être gagné.

Après une scène d’ouverture époustouflante (tant en termes de rythme que de barbarie !), l’auteur installe doucement mais sûrement les tenants et aboutissants de son intrigue. Au point que l’on vous déconseille vivement de lire le résumé éditeur, qui révèle un rebondissement tardif dans l’intrigue !
Car cette intrigue, justement, elle prend son temps pour s’installer. D’une part parce que les indices sont faibles, d’autre part parce que l’auteur semble s’embarquer pour une série de plusieurs aventures, et qu’il en profite pour camper ses personnages. Pas un qui n’ait son histoire personnelle, voire un arc narratif secondaire qui lui est entièrement dédié ! Entre les amourettes des uns, les passés douloureux des autres et les présents catastrophiques des derniers, il y a de quoi faire. L’auteur entremêle donc l’intrigue principale à ces considérations secondaires, ce qui induit parfois quelques longueurs, mais rend aussi l’ensemble particulièrement consistant.

Le récit suit principalement les enquêteurs, mais s’entrecoupe de quelques scènes – dans le passé – narrées en première personne par l’assassin. Scènes qui, au fil des chapitres, éclairent non seulement sa psyché, mais aussi les raisons de son emportement meurtrier, ce qui fait indéniablement monter la tension.
La lenteur – apparente – de l’intrigue s’explique aussi par les liens qu’entretient l’affaire avec le passé, notamment celui d’un couvent de la région, dont les actions dans les années 1970 sont assez peu claires. Or, à cette époque, l’Espagne est encore confite dans le franquisme et il est difficile de délier les langues sur ce qu’il est advenu. Ainsi, via une enquête assez complexe, l’auteur explore aussi le passé douloureux du pays, qui éclaire encore aujourd’hui de nombreux événements et se terre derrière des secrets de famille bien enfouis.

Difficile de parler de ce roman sans évoquer la géographie qui l’entoure, tant elle est partie prenante du récit. Sans verser dans le guide touristique, l’auteur trace à coups de descriptions précises et détaillées le paysage enchanteur dans lequel évoluent les personnages. Ce qui, on ne vous le cache pas, donne fortement envie d’aller arpenter la région, de déguster quelques pintxos dans les bars, ou de faire du surf à Mundaka – même si l’auteur ne cache pas… qu’il y pleut beaucoup.

C’est une petite brique, mais il fallait bien cela pour, d’une part, asseoir le décor d’une future série romanesque et, d’autre part, fournir une intrigue complexe et bien menée. L’auteur nous embarque dans un récit qui monte lentement mais sûrement en puissance, en faisant la part belle à ses personnages. Personnages que l’on a hâte de retrouver dans la suite qui, cela tombe bien, est déjà parue en langue originale !

 

La Valse des tulipes, Ibon Martín. Traduit de l’espagnol par Claude Bleton. Babel (noir), mai 2022. 

A propos Oihana 677 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.