C'est tout chaud !

Le Rouge vif de la rhubarbe : une friandise que l’on déguste avec plaisir !

Le Rouge vif de la rhubarbe, Auður Ava Ólafsdóttir, Zulma

ROMAN ISLANDAIS — En 2010, Auður Ava Ólafsdóttir fait une rentrée fracassante dans le coeur des lecteurs français, grâce au grand succès de son roman Rosa Candida. En cette rentrée 2016, les éditions Zulma publient Le Rouge vif de la rhubarbe, qui en fait le tour premier roman d’Auður Ava Ólafsdóttir. Une entrée en littérature réussie !

Le Rouge vif de la rhubarbe nous conte l’histoire d’Ágústína, une adolescente islandaise née avec des jambes atrophiées. La jeune fille n’a jamais connu son père et elle ne communique avec sa mère, qui vit à l’autre bout du monde, que par missives où elles se content mutuellement leur quotidien. Dans le petit village côtier où Ágústína vit en compagnie de la vieille Nína et Vermundur le séducteur, elle conçoit de grands rêves, comme celui d’escalader un jour la montagne voisine, en dépit de ses béquilles et de ses jambes traitresses.

Le Rouge vif de la rhubarbe, Auður Ava Ólafsdóttir, Zulma

C’est un très joli récit, qui fait la part belle aux petits instants du quotidien, que nous livre Auður Ava Ólafsdóttir. De très belles descriptions des habitudes et des moeurs du village émaillent l’histoire d’Ágústína, comme la tradition qui fait écho au titre, qui voit les voisins échanger des tiges de rhubarbe, avant de comparer les confitures issues de leurs récoltes. La rhubarbe ! Cette plante est un peu le symbole d’Ágústína, autrefois conçue dans le jardin de rhubarbe, jardin décrit de manière si visuelle qu’on se le figure très bien. Ce carré de rhubarbe, c’est un peu le point d’ancrage de la jeune fille, de la même manière que le duo Nína et Vermundur lui fait office de famille de substitution pour pallier l’absence de ces parents. Incroyable Nína, toujours présente, et inénarrable Vermundur, toujours fourré chez l’une ou l’autre des voisines pour « réparer son évier », ou « changer une ampoule » ! Les personnages du Rouge vif de la rhubarbe sont tous extrêmement touchants, Ágústína en tête, bien sûr. Cette jeune fille qui espère, et rêve peut parfois paraître arrogante, mais le lecteur ne lui en tiendra pas rigueur…

Le Rouge vif de la rhubarbe est donc un roman à la poésie indéniable, que nous ne pouvons que vous conseiller de découvrir en cette rentrée. La couverture acidulée évoque peut-être des confiseries, mais l’histoire d’Ágústína n’a rien de mielleux ou de sirupeux : cependant, il est vrai que c’est une friandise que l’on déguste avec plaisir !

Le Rouge vif de la rhubarbe, Auður Ava Ólafsdóttir. Zulma, 1er septembre 2016. Traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson.

A propos Emily Costecalde (598 Articles)
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.
Contact :Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*