C'est tout chaud !

L’Automne des magiciens : une première saison réussie

L’Automne des magiciens, La Fugitive, Hélène P. Mérelle, Bragelonne

FANTASY — L’Automne des magiciens est le premier roman de Hélène P. Mérelle, agrégée de lettres et passionnée de mythologies. Et cela se sent puisque sa plume est captivante et toute en finesse. Bienvenue dans son univers.

La légende raconte que la déesse Lune, un soir descendue parmi les habitants de la cité d’Elgem, trouva la reine de ce royaume en pleurs, malheureuse de n’avoir encore enfanté. Afin que la lignée royale perdure, la Lune délivra cette prophétie : « Tu porteras une fille, et ta fille engendrera une reine à son tour, et la fille de ta fille, tant que ta lignée m’honorera. » Avec cette promesse, les premières-nées de chaque génération furent également faites magiciennes, capables de maîtriser le pouvoir des runes.

Octavianne est, comme son nom l’indique, la huitième fille de la Reine du royaume d’Elgem. Elle passe son enfance au palais, complétement déconnectée des réalités du quotidien, sous la garde discrète mais permanente d’un chaperon. Une fois couronnée reine, sa sœur aînée, l’intransigeante Prima, cherche à renforcer son autorité royale. Elle décide en effet de marier ses sœurs contre leur gré, au rythme des alliances politiques qu’elle noue avec les cités voisines, quitte à leur forcer la main avec un soupçon de magie. Mais ce n’est pas le destin dont la jeune fille de 16 ans rêvait. Acculée et menacée par sa sœur, Octavianne lance instinctivement un sort de protection et parvient à s’enfuir du palais royal. Commence alors une vie d’errance, sous une fausse identité, pour échapper aux gardes que sa sœur a très certainement lancés à ses trousses. Ses aventures l’entraîneront sur les routes des Neuf-Cités, où elle rencontrera Gungor le guérisseur et Adalgis, l’homme-lion. Au cours de son exil forcé, Octavianne cherche également des réponses à ses questions : quelle est cette magie ? Peut-elle apprendre à la maîtriser ?

La force de ce roman réside sans aucun doute dans la solidité de sa mythologie. L’univers est en effet extrêmement bien pensé, et on sent qu’il ne se limite pas au seul cadre du roman. L’auteure, à chaque début de chapitre, nous livre un conte, un poème des temps plus reculés, une prière adressée à la Lune. Il se dégage un sentiment de cohérence quant à l’histoire de ce monde et à sa religion : cet univers a vocation à exister même en l’absence de ses personnages. L’ensemble de mythes et de légendes proposés à travers les têtes de chapitre et au fil du texte donne un aperçu plutôt précis de la magie de ce monde et de ses conséquences. C’est un vrai plaisir que de découvrir le fonctionnement – plutôt complexe – des runes et la manière de les combiner.

L’Automne des magiciens, La Fugitive, Hélène P. Mérelle, Bragelonne

Ce roman d’initiation est divisé en trois périodes, marquées par des environnements et des rythmes différents. Chaque lecteur, selon ses goûts, se retrouvera plus ou moins dans l’une ou l’autre de ces sous-parties. On notera également la présence d’un personnage masculin associé à chacune de ces étapes.
La deuxième partie est sans doute marquée par quelques longueurs : toutes les scènes ne sont pas réellement utiles à l’histoire en elle-même mais sont plutôt au service de l’histoire d’amour des protagonistes et à son caractère sensuel — un aspect que la quatrième de couverture ne laissait pas forcément présager. Bien qu’étant une jeune femme avec une belle force de caractère, Octavianne possède plusieurs facettes. En effet, même si elle ne rêve que de liberté, elle tombe également facilement sous le charme des hommes qu’elle côtoie, quitte à dévoiler un côté plus fragile et à perdre quelque peu en autonomie.

Hélène P. Mérelle nous offre là un premier roman solide, dont on attend impatiemment la suite. Elle a mis en place une mythologie attirante, complexe et complète, qui n’est pas sans rappeler celle des grandes cités antiques de notre monde. Dans cette optique, comment ne pas citer Adalgis, l’homme-lion, qui fait irrémédiablement penser à Hercule, couvert de la peau du lion de Némée ? En espérant que le tome deux réserve un avenir moins tragique que celui d’Héraklès à nos héros !

L’Automne des magiciens, tome 1 : La Fugitive, Hélène P. Mérelle. Bragelonne, 14 Février 2018.

 

Par Coralie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*