La Légion des flammes : gaslamp fantasy, avec dragons et magie !

Dragon Blood, Anthony Ryan, Bragelonne

FANTASY — L’an dernier, à peu près à la même époque, nous vous parlions du premier tome de Dragon Blood d’Anthony Ryan, qui s’est vu décerner cette année le prix Hellfest Inferno, mené en partenariat par le festival éponyme et les éditions Bragelonne. Le tome étant paru au début de l’été, il est grand temps de vous en parler !

Durant des siècles, le Syndicat Négociant d’Archefer et ses Sangs-Bénis se sont appuyés sur le sang de dracs (les dragons locaux) pour accomplir de grandes choses et, surtout, pour protéger son empire. Mais la précieuse manne est venue à manquer depuis le réveil du drac-Argent. Or celui-ci n’a qu’une ambition : asservir le monde des hommes, un objectif qui semble de plus en plus facile à atteindre au fil des cités qu’il ravage et des populations qu’il asservit pour en faire ses esclaves…
Guidés par une vision, Claydon Torcreek – jeune Sang Béni et aventurier accompli – et l’officier de marine renégat Hilemore voguent vers le pôle, à la recherche d’un secret ancestral qui, peut-être, leur offrira la clé de la victoire. De son côté, infiltrée en territoire ennemi, dans la cité-prison de Scorazin, Lizanne Lethridge, l’espionne des Procédures Spéciales, s’efforce elle aussi de déterrer un secret bien gardé et de trouver des armes pour affronter leur ennemi. Et si personne n’en a conscience, la survie du monde dépend bel et bien de ce que mettront au jour les membres du trio…

On évoquait, dès les premières lignes de la chronique consacrée au premier tome, la complexité du roman. Complexité que l’on retrouve ici : La Légion des flammes est un roman qu’il vaut mieux lire à tête reposée !

La Légion des flammes, Anthony Ryan, Bragelonne

Dans le premier volume, on suivait tour à tour ce que vivaient Clay, Hilemore et Lizanne. Ici, on garde l’alternance des points de vues, mais les personnages suivis ne sont plus tout à fait les mêmes. Tout d’abord, on découvre le point de vue de Sirus, jeune noble altéré suite à l’arrivée du drac-argent et qui nous donne à voir la stratégie du drac – terrifiante, au demeurant. Grâce à lui, on a donc une prise directe sur ce que font les antagonistes : évidemment, c’est un point de vue qui entretient parfaitement le suspens ! Clay et Hilemore étant embarqués sur le même navire, leurs aventures sont, dans un premier temps, assez similaires et ressemblent quelque peu à ce qu’elles étaient dans le premier tome. Clay était alors fort occupé à crapahuter dans la jungle, tandis qu’Hilemore bravait vents et marées : les chapitres dédiés au duo ont gardé ce côté roman d’aventures, sur fond de banquise et de vent glacial. Néanmoins, l’aspect Indiana Jones est toujours bien présent, Clay et ses acolytes ne tardant pas à aller explorer ni plus ni moins qu’un monde caché, véritable petit paradis des dragons et autres dragonnets vindicatifs. Du côté de Lizanne, l’ambiance n’a guère changé : mi Miss Marple, mi James Bond, la jeune femme connaît des péripéties endiablées dont le suspens est très prenant.

Comme dans le premier tome, donc, Anthony Ryan trousse une intrigue palpitante, extrêmement riche en péripéties et tout aussi prenante. Elle nécessite néanmoins un peu de concentration tant les sous-intrigues et les différentes ramifications sont denses. Il semble y avoir une quantité quasi infinie de partis en présence, chacun paraissant occupé à comploter contre l’un ou l’autre de ses adversaires. À cela, il faut ajouter les desseins personnels des uns et des autres qui, bien souvent, s’avèrent extrêmement éloignés de ce qui semble essentiel : la lutte contre le drac-argent.

Au terme du deuxième volume, on a donc l’impression d’être à peine plus avancés qu’à la fin du premier, malgré – paradoxalement – les énormes avancées faites dans le roman. Le Sang du dragon était une introduction colossale à l’univers ; La Légion des flammes s’avère tout aussi complexe ! Le roman est d’une époustouflante richesse, tant en termes d’univers, que de personnages ou d’intrigues. Le tout est si riche qu’il est recommandé de se mettre à cette lecture à tête reposée, afin de ne rater aucun détail – chacun d’entre eux étant crucial, évidemment. Inutile de dire qu’après une telle prestation, on attend impatiemment la suite !

Dragon Blood, tome 2, La Légion des flammes, Anthony Ryan. Bragelonne, 13 juin 2018. Traduit de l’anglais par Maxime Le Dain.

A propos Oihana 512 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.