Requiem pour une révolution : le grand roman de la Révolution russe !

En 2014, Robert Littell est de retour avec une grande fresque historique qui prend pour point d’ancrage la révolution russe, et les années troubles qui ont suivi. Requiem pour une révolution est un grand roman, qui montre l’évolution sur quarante ans d’un homme, Alexander Till qui, d’idéaliste, sera peu à peu confronté à la dure réalité, quand les idées se confrontent aux travers humains. Né en Russie, Alexander, dit Xander, avait quitté son pays à l’adolescence pour fuir les pogroms. Il avait laissé derrière lui les grandes steppes, les inégalités, l’antisémitisme, et l’empire pour le rêve américain. Mais le rêve américain a vite tourné aigre, quand il assiste, impuissant, à l’incendie de l’usine Triangle Shirtwaist, qui coûte la vie à près de 150 personnes en 1911. C’est à ce moment-là que Xander s’éprend de l’idée du communisme, et se reconnait comme un révolutionnaire. Quand en 1917, la rumeur d’une révolution en Russie se fait entendre à New York, Xander n’hésite pas et s’embarque dans un paquebot direction l’Europe. Il sera aux premières loges pour la deuxième révolution, celle d’octobre. Il arrive en Russie dans une période tendue, d’entre-deux : dirigée par Kerenski depuis que le tsar a été amené à abdiquer, la Russie est toujours embourbée dans le conflit mondial.

A Petrograd, Xander et son camarade Tuohy, américain d’origine russe comme lui, mais avec du sang irlandais dans les veines, se lient avec Lili Ioussoupova, une princesse devenue bolchevik, et toute une joyeuse équipe de révolutionnaires parmi lesquels un dentiste allemand, un gamin dégourdi, un vieillard qui attend la dictature du prolétariat de pied ferme, un poète…Dans une vieille maison surnommée affectueusement “le Vapeur”, le petit groupe tire des plans sur la comète et rêve d’un monde meilleur. Xander évolue de fait dans les cercles les plus prestigieux de la révolution, côtoyant Lénine, Staline ou encore Trotski. Robert Littell nous livre ainsi un récit d’une grande précision historique, n’hésitant pas à faire intervenir des personnages ayant vraiment existé.  L’on croisera même le tsar dans ces pages. Et quand il se permet quelques libertés avec l’histoire, ce n’est que pour étayer davantage son récit. Et au centre de son roman, plus que l’histoire, c’est un homme qui tient le rôle principal. Robert Littell étudie avec minutie et psychologie l’évolution de Xander, de révolutionnaire exalté à l’homme blasé qui se demande s’il n’a pas contribué à l’avènement d’un monstre. A travers ses yeux, nous plongeons au plus profond de la révolution russe, et dans le chaos qui a suivi. L’on vit la guerre entre armée rouge et armée blanche comme si on y était et l’on voit les dévastations qu’a subi le pays avec trop de netteté pour pouvoir en rester indemne. Xander et Lili assistent à des scènes insoutenables alors que, séparés de leur groupe, ils errent dans une partie de la Russie en proie aux conflits, et sont capturés par l’armée blanche. Robert Littell ne néglige ni la torture, ni les mises à mort les plus imaginatives : cette violence est malheureusement totalement nécessaire pour montrer comment Xander perd peu à peu ses illusions. L’écriture, très visuelle, ne peut que servir un récit à la fois fascinant et terrifiant. On arrive bien vite au moment de l’intrigue où on ne peut plus lâcher Requiem pour une révolution, car il nous faut savoir ce que devient Xander.

Requiem pour une révolution nous permet une vision claire et complète de la situation politique et historique de la Russie, de 1917 à 1953, la mort de Staline. Xander se jette corps perdu dans la révolution, avec Lili, devenue son grand amour. Mais la violence a peu à peu raison de son enthousiasme. Droit et humaniste, Xander est près à mourir pour la révolution, mais pas à tuer pour elle. Déjà les premières divergences apparaissent entre lui et son ami Tuohy. Au fil des années, les amis des débuts vont connaître des sorts différents, au fur et à mesure de leurs choix. Quant s’ouvrent les années 50, les anciens occupants du Vapeur portent un regard déçu sur la révolution, Xander le premier. Les purges staliniennes ont été terribles, et la répression sanglante. La dictature du tsar a laissé place à Staline et à son culte de la personnalité.

Difficile de ne pas être conquis par le roman de Littell, qui nous fera vivre bien des aventures aux côtés de Xander. Nous découvrons l’envers d’une révolution, l’histoire vécue de l’intérieur, les dérives d’un rêve politique qui se heurte de plein fouet à l’avidité humaine. Véritablement le grand roman de la Révolution russe !

Requiem pour une révolution, Robert Littell. éditions Baker Street, 2014.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 649 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.