Une symphonie américaine : une fresque comme on les aime

Je suis férue de littérature étasunienne et il n’y a rien que je prise davantage qu’une bonne fresque historique américaine : avec Une symphonie américaine, Alex George nous en livre une de très grande qualité, qui court tout au long du XXe siècle, et s’ouvre sur le vieux continent, à Hanovre. Nous sommes en 1903, en Allemagne. Jette et Frederick sont jeunes et ils s’aiment avec passion : mais les parents de la jeune fille réprouvent gravement cette union, aussi, quand Jette se découvre enceinte, le jeune couple recourt à un geste désespéré et extrême… ils fuient. Et quitte à fuir, autant aller loin ! Voilà notre jeune couple sur un transatlantique, en partance pour La Nouvelle-Orléans, une ville qui swingue. Et ça tombe bien, car c’est la musique qui unit Frederick et Jette : c’est en lui chantant la sérénade dans un jardin que Frederick a conquis Jette. Mais les Meisenheimer ne sont que de passage à la Big Easy : ils s’installent à Beatrice, dans le Missouri où, tout au long du siècle, ils feront partie intégrante de la petite communauté.

Histoire familiale, récit historique, roman sur l’immigration : c’est un livre à tiroirs que nous offre Alex George, qui nous dépeint une famille soudée en dépits des tragédies et des coups du sort, une famille qui traverse cent ans d’Histoire moderne dont deux guerres mondiales, et qui s’efforce de se faire le plus américaine possible. Pour Jette et Frederick, les Etats-Unis sont la terre de toutes les promesses, le nid de leur amour, l’endroit où tout devient possible. Tous deux s’adaptent à leur manière : Frederick est enthousiaste à l’égard de sa nouvelle patrie, prêt, même, à défendre son nouveau pays contre celui de sa jeunesse. Jette, elle, porte un regard nostalgique sur l’Allemagne, car ses parents, bien que rigides, lui manquent. Quelle est cette terre peuplée de self-made men, où l’opportunisme est une qualité ? Jette a d’abord du mal à se faire aux mœurs américaines, à ce gigantesque melting-pot, quand Frederick l’embrasse corps et âme, ouvrant même sa propre affaire, en bon Américain. Mais Frederick et Jette découvrent également un pays encore marqué par la guerre de Sécession et le racisme ordinaire : ils ont du mal à comprendre ce pays si épris de liberté et de fraternité, et pourtant capable d’une violence insoutenable envers certains de ses citoyens. Un des amis de la famille en malheureusement fera les frais…

une symphonie américaine

Après Jette et Frederick, nous découvrons la génération suivante, et celle d’après, et encore celle d’après. Les années défilent : des gens naissent, d’autres meurent au sein de la famille Meisenheimer. Tous ces personnages croisés au fil des pages sont terriblement touchants et plus d’une fois, on a les larmes aux yeux à la lecture de passages particulièrement émouvants, sans que jamais, le livre ne verse dans le pathos inutile. La musique accompagne chaque nouvelle génération de Meisenheimer.

On quitte cette famille avec regret : on aime la manière dont Alex George entrelace l’histoire d’une famille à l’Histoire avec un grand H, on s’attache aux personnages dépeints avec beaucoup de talent, on apprécie la peinture presque palpable des époques traversées par les Meisenheimer (le patriotisme de la Grande Guerre, les orgies de la prohibition, le calme des années 50…). Une très jolie surprise.

Une symphonie américaine, Alex George. Belfond, novembre 2014. Traduit de l’anglais par Florence Hertz.

Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 667 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

3 Commentaires

  1. Rhooo, je suis tellement contente de l’avoir dans ma PAL quand je lis ce billet ! C’est un envoi surprise et je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais comme j’adore les récits mêlant histoire et Histoire, j’ai vraiment hâte de trouver le temps 🙂

    Bisous

    Cajou

  2. J’ai beaucoup aimé aussi ! Cette saga familiale, avec ses petits secrets, la grande Histoire qui s’entremêle à la petite… ça se lit super bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.