L’Ancêtre en Solitude : plongée dans la Guadeloupe du XIXe siècle…

L'Ancêtre en Solitude

Sacré roman que cet Ancêtre en Solitude ! Incroyable récit que celui que nous proposent Simone et André Schwarz-Bart, qui court sur tout le XIXe siècle et nous plonge dans l’histoire de trois femmes d’exception…

Nous voilà à la Guadeloupe juste avant la Révolution française. Une jeune femme, fraîchement mariée, découvre horrifiée l’esclavage : pour cette Blanche tout droit sortie de son couvent, ces corps noirs et à demi-nus qui travaillent sous un soleil de plomb et sous le fouet d’un contremaître a des allures d’enfer. L’esclavage se fond pourtant à son quotidien. Des années plus tard, elle achète un nouveau-né noir dont personne ne veut. L’enfant s’appelle Louise et c’est la toute première génération de femmes de ce récit.

Louise grandit dès lors dans un monde impitoyable : considérée comme l’animal de compagnie de sa maîtresse dans un premier temps, elle connaîtra les champs comme le service à table, les coups de fouet, les enfants que l’on vous arrache pour les vendre, jusqu’à ce qu’un homme l’achète et la “mette en case”. Puis, l’esclavage est aboli. Quel sera la vie d’Hortensia, la fille de Louise, puis de Mariotte, sa petite fille ?

L'Ancêtre en Solitude

Plongée sans concession dans l’esclavage français, L’Ancêtre en Solitude nous livre trois formidables portraits de femme. Louise est celle qui se démarque le plus : d’une enfant marquée du sceau de la malédiction à une matriarche presque centenaire à la fin du récit, en passant par une jeune femme sculpturale qui éveille toutes les convoitises, Louise évolue et se révèle tout au long de l’histoire. C’est par ses yeux que le lecteur découvre toute l’horreur de l’esclavage, puis l’incrédulité qui a suivi l’abolition, à laquelle Louise ne croit tout d’abord pas, et enfin, les années d’après…

Deux générations plus tard, Marie, dite Mariotte, née en 1885, porte un regard impitoyable sur son aïeule, sur sa piété presque fanatique, sur leur ignorance à elles toutes, qui peuplent la case de l’ancêtre. L’homme qui est peut-être son père (ou peut-être pas) lui confie alors l’histoire de la femme Solitude, lointaine ancêtre autrefois mise à mort pour son commerce avec Satan. C’était la mère de Louise…

L’Ancêtre en Solitude est un voyage à lui tout seul, dans le temps et dans l’espace. Sa narration est particulière, originale, et contribue à nous immerger totalement dans l’histoire de Louise et de sa descendance. C’est un grand et beau roman.

L’Ancêtre en solitude, Simone et André Schwarz-Bart. Seuil, février 2015.

 Par Emily Vaquié

A propos Emily Costecalde 646 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.