Nos faces cachées, phénomène de l’auto-édition young-adult.

Nos faces cachées est un roman dont l’histoire peut laisser rêveur ; tout d’abord auto-édité, il a rencontré un succès fou, lequel a conduit a plusieurs traductions, en français notamment. La version française n’a pas démenti le succès du roman !

Fern Taylor est une lycéenne très ordinaire : pas vraiment jolie, pas vraiment populaire, plutôt introvertie… Elle tâche de franchir les années lycée sans trop de dommages, lisant et écrivant des romans d’amour, rêvant à Ambrose Young, le très beau et très inaccessible capitaine de l’équipe de lutte, et en s’occupant avec dévotion de Bailey, son cousin et meilleur ami, cloué par une dystrophie musculaire dans un fauteuil roulant. Lorsque Rita, la meilleure amie de Fern, requiert son aide pour séduire Ambrose, la jeune fille accepte de rédiger quelques lettres d’amour. Mais, de fil en aiguille, ce qui devait n’être qu’un jeu devient vital pour Fern – et met Ambrose fou de rage lorsqu’il découvre la supercherie.
Nous sommes en 2001.
À l’issue de leur année de terminale, Ambrose et ses quatre meilleurs amis s’engagent dans l’armée américaine, direction l’Irak.
Fern continue de rêver à cet amour qui n’a jamais existé, pour un garçon beaucoup trop beau et populaire pour une fille comme elle. Et voilà qu’Ambrose revient à Hannah Lake. Seul. Ses amis sont décédés dans une embuscade, et Ambrose n’a plus rien du jeune premier à la gueule d’ange qu’il était.

Nos faces cachées

C’est l’histoire d’un deuil. Des adolescents qui font le deuil de la sécurité de la nation durant leur année de terminale. Une ville qui fait le deuil de ses enfants morts au combat. Une fille qui fait le deuil de son amour d’enfance. Un garçon qui fait le deuil de son visage et de sa personnalité. Autant de thèmes abordés avec justesse.
Mais c’est aussi l’histoire d’une reconstruction. Ambrose a à peine 20 ans et se sent comme un vétéran qui a tout perdu, forcé de cacher sa gueule cassée dans les tréfonds d’une boulangerie où il fait les horaires de nuit.
L’auteur joue avec les trois points de vue d’Ambrose, Fern, et Bailey, chacun venant aider l’un des autres : Bailey est un héros du quotidien, Ambrose est un héros de guerre, et Fern est le ciment qui les retient à l’existence. L’histoire est extrêmement touchante : parsemée de citations de Shakespeare (au départ le seul mode de communication entre Ambrose et Fern), elle s’attache autant à la reconstruction lente et difficile d’Ambrose, qu’à prôner un féroce amour de la vie. On en sort avec le sourire aux lèvres, et du baume au cœur.

Nos faces cachées

Pourtant, le roman manque d’équilibre et aurait pu être bien plus puissant et percutant. D’une part, l’histoire est extrêmement longue à démarrer ; avant que l’on sache de quoi il va être vraiment question, il s’écoule un bon quart du roman. De plus, l’auteur va systématiquement droit au but, et l’ensemble manque un peu de mise en perspectives. Ainsi, on ne nous détaille que les souvenirs rigoureusement utiles à l’histoire, et ces passages au passé n’interviennent qu’au moment où on en a besoin : cela permet certes de resserrer l’intrigue, mais cela donne également l’impression que les personnages et leur univers manquent un peu de corps, ce qui est un peu dommage au vu de la profondeur de l’histoire. De plus, la narration alterne moments du présent, et moments du passé, écrits respectivement au présent et au passé, et cela rend le tout artificiel.

Si le mode de narration empêche parfois de ressentir une vive empathie pour les personnages, l’histoire, elle, a de quoi émouvoir. Même si on ne se laisse pas surprendre par certains développements, on ne peut que se prendre de sympathie pour l’énergie et l’obstination de Fern et Bailey, et compatir au sort d’Ambrose. L’auteur s’attache à démontrer les failles de chacun, mais surtout leurs forces, et c’est bien là le gros point fort du roman, même si parfois, on aurait apprécié que cela soit nettement plus approfondi.

Nos faces cachées est donc un roman qui évoque avec justesse différentes formes de deuil, et la façon dont on peut envisager de se reconstruire quand on pense avoir tout perdu. C’est un roman juste et sensible, mais dont la narration artificielle fait qu’il perd en puissance. On en sort néanmoins avec le sourire aux lèvres, tant le roman donne envie de profiter de la vie !

Nos faces cachées, Amy Harmon. Robert Laffont, janvier 2015. Traduit de l’anglais par Fabienne Vidallet.

Par Oihana

A propos Oihana 542 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.