Bluebird, ou la ballade du vieux Sud !

Bluebird, Tristan Koëgel, Didier Jeunesse

Que peuvent avoir en commun une jeune fille de couleur qui court les routes avec son père, et un jeune Irlandais, qui vit avec ses parents sur une plantation, dans l’Amérique des années 40 ? En apparence, tout sépare Minnie et Elwyn mais leur amour commun pour la musique vont les rapprocher…

Minnie vit sur les routes avec son père, “songter” : il joue de la guitare et chante pour distraite les gens, et Minnie l’accompagne à l’harmonica. C’est une vie de bohème, pas tous les jours facile, mais Minnie est heureuse.

Un jour, ils s’arrêtent dans une plantation du Mississippi, car Minnie s’est fait mal à la cheville. Hébergé par Papy, un vieil ouvrier agricole mélomane, le drôle de tandem fait une pause avant de reprendre la route. Pendant que son père aide leur hôte aux champs, Minnie se repose et s’ennuie. Elle fait bientôt la connaissance d’Elwyn, un garçon de son âge, qui s’avère être le fils du contremaître local, un homme réputé pour sa sévérité et sa cruauté. Une amitié se noue très rapidement entre les deux enfants… mais l’horreur met fin à cette parenthèse enchantée. Le Ku Klux Klan attaque l’église où les gens de la plantation se recueillent le dimanche, et y met le feu. Impuissante, Minnie voit son père se faire embarquer par deux hommes… Horrifiée, et persuadée que son père est mort, elle saute dans le premier train et file vers Chicago, refusant de rester une minute de plus dans le Sud.

A partir de ce moment clef, Tristan Koëgel, qui donnait voix jusque là à Minnie, va donner également la parole à d’autres personnages, comme Nashoba, l’ami d’Elwyn ou Elwyn lui-même. Le lecteur va découvrir aussi bien la nouvelle vie de Minnie dans le Nord que le devenir de la plantation dans le Sud.

Le lecteur découvrira alors qu’il ne faut pas se fier aux apparences et que rien de ce qu’il tenait pour vrai au tout début du livre n’est vrai : il apprendra ainsi que le père d’Elwyn n’a rien d’une brute sanguinaire… et ce n’est que la moindre des révélations que fera le lecteur !

Nous prenons plaisir à suivre aussi bien Minnie à Chicago qu’Elwyn dans le Mississippi. A Chicago, Minnie tâche de faire son deuil et de se reconstruire. Elle espère y concrétiser son rêve : devenir une chanteuse de blues et enregistrer des disques. Dans le Sud, la plantation connaît d’énormes changements… Nous ne vous les détaillerons pas, pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture !

Bluebird, Tristan Koëgel, Didier Jeunesse

Véritable ode à la musique, mais également à la solidarité et à l’amitié, Bluebird est un vrai message d’espoir. Récit éminemment positif, en début de la période sombre qu’il décrit (un temps où les lynchages et les lois Jim Crow étaient encore une triste réalité dans le vieux Sud), il donne envie de croire en ses rêves et de ne jamais y renoncer. Le temps peut passer, et le destin prendre des chemins détournés, mais le bonheur s’avère finalement au bout du chemin pour nos personnages, auxquels il est difficile de ne pas s’attacher ! Autour de Minnie et d’Elwyn gravitent en effet des protagonistes vraiment sympathiques, de l’incroyable Papy, véritable figure tutélaire de la plantation, à l’adorable Lucille, qui a su tendre la main à Minnie au moment où elle en avait le plus besoin, en passant par le doux Nashoba ou l’ambitieux Leroy.

Un joli roman à mettre entre toutes les mains !

Bluebird, Tristan Koëgel. Didier Jeunesse, 2015.

A propos Emily Costecalde 646 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.