Les Douze rois de Sharakhaï, de la fantasy orientale efficace

Sharakhaï, Les Douze rois de Sharakhaï, Bradley P. Beaulieu, Bragelonne

FANTASY — Bradley P. Beaulieu écrit de la fantasy depuis l’adolescence – mais la vie a fait qu’il n’a pas toujours pu terminer ses jeunes projets datant de ses études. Aujourd’hui, après avoir travaillé avec de nombreux grands noms du genre, il a signé quelques romans reconnus et récompensés par des prix ou des nominations au sein de prestigieuses sélections.
Cet été, Bragelonne traduit Les Douze rois de Sharakhaï, premier tome de sa série intitulée Sharakhaï. Dépaysement garanti !

On connaît la fantasy nous entraînant dans des univers médiévaux, largement inspirés des coutumes et du folklore européen. Que l’auteur lorgne du côté de l’Orient, c’est plus rare. Et c’est ce que nous propose Bradley P. Beaulieu ici !
Sharakhaï est la perle du désert, gouvernée par les Douze Rois, issus des douze tribus légendaires, qui tiennent la cité de main de maître depuis de trop nombreux siècles. Au-delà des quartiers riches de Tauriyat et de la Colline dorée, on découvre des taudis et des coupe-gorge glauques, dans lesquels il vaut mieux ne pas trop traîner.
Dans les arènes, Çeda mène une lutte de chaque instant en rêvant, comme tant d’autres, à la chute des Douze Rois, qui ont largement contribué à son malheur. Or, difficile de lutter : protégés par les Vierges du Sabre, des guerrières d’élite surentraînées, commandant aux asirim, des spectres enchaînés qui écument la ville durant les nuits sacrées, les rois sont intouchables. Intouchables, vraiment ?
Çeda commence à entrevoir une lueur d’espoir lorsqu’elle brave l’interdit et sort durant la sainte nuit de Beht Zha’ir ; non seulement elle parvient à sauver son colocataire d’une fin funeste et à échapper aux asirim mais, en plus, l’un d’eux, coiffé d’une couronne d’or, lui susurre à l’oreille les vers d’un poème depuis longtemps oublié… et qui pourrait bien changer la donne. La jeune femme va tout mettre en œuvre pour mener à bien sa vengeance.

Sharakhaï, Les Douze rois de Sharakhaï, Bradley P. Beaulieu, Bragelonne

De la fantasy orientale, donc : le vocabulaire employé par Bradley P. Beaulieu, concernant les vêtements, la nourriture, les bâtiments, les us et coutumes, nous immerge instantanément dans une cité sise en plein milieu du désert, organisée en souks et palais orientaux, balayée par les vents du désert. Celui-ci est arpenté par les tribus nomades, qui naviguent sur cet océan de sable au moyen d’immenses bateaux équipés de patins favorisant la glisse. Les descriptions sont extrêmement fournies et riches de détail – parfois au détriment de l’action, mais elles permettent au lecteur de visualiser parfaitement les scènes.

La mythologie, elle aussi, est à l’avenant : l’histoire est extrêmement complexe, celle-ci se mêlant insidieusement à la politique. Ainsi, Çeda enquête, met au jour de nouvelles informations qui changent sa vision de son univers, et tout cela est en constant mouvement tant elle découvre des choses étranges. Mais tout cela est mené par la plume vive et efficace de l’auteur, qui nous entraîne sur les pas de sa très fougueuse héroïne.
Celle-ci, d’ailleurs, malgré sa jeunesse et son inexpérience, a une fâcheuse tendance à foncer droit dans le tas sans nécessairement prendre le temps de réfléchir – un trait de caractère que partage l’autre protagoniste du roman, son ami Emre. Mais ce sont leurs inconséquences qui poussent le récit à avancer. Leur histoire est lourde et entachée de non-dits, que de fréquents flashbacks viennent expliciter – et dont certains, par la seule structure du récit, peuvent sembler quelque peu artificiels, alors même qu’ils nous donnent de précieuses indications.

Au fil des pages, alors que se cristallisent les crispations et que Çeda poursuit sa quête, la tension monte pour, finalement, exploser dans une scène de combat à la hauteur du suspens qui régnait jusque-là.

Avec Les Douze rois de Sharakhaï, Bradley P. Beaulieu signe un premier tome très efficace, malgré quelques facilités, qui n’entachent cependant en rien l’intensité du récit.

Sharakhaï, tome 1, Les Douze rois de Sharakhaï, Bradley P. Beaulieu. Bragelonne, 17 août 2016. Traduit de l’anglais par Olivier Debernard.

 

A propos Oihana 537 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.