Chroniques express #4 : roulez jeunesse !

Littérature jeunesse

EN BREF — Aujourd’hui, dans les Chroniques express, nous vous parlons littérature de jeunesse, avec des titres destinés principalement aux bébés et bambins, mais aussi aux ados ! Petit tour d’horizon de certaines de nos lectures récentes !

Pour bébé-lecteur : Tous les petits, Jeanne Ashbé

Tous les petits, Jeanne Ashbé

Voilà un livre au concept étonnant : il s’agit d’un livre paravent, avec plein de jolies illustrations. L’album se déplie, s’observe avec attention des deux côtés. On peut l’ouvrir et le mettre autour d’un tout petit bébé allongé sur son tapis d’éveil. Le texte est bien sûr assez minimal, car là n’est pas l’important : l’accent est mis sur les très beaux dessins, que Bébé ne se lasse pas s’observer. Chacune d’elle a une couleur dominante, qui attire l’oeil du bébé toujours plus curieux. Ici, ce livre a été testé et approuvé par Julia, sept mois. Lu sur les genoux de maman, elle a tapé avec beaucoup d’enthousiasme dessus !

Tous les petits, Jeanne Ashbé. L’école des loisirs, 2007.

Par Emily

Pour les tout-petits : Le Meilleur Resto du monde, Dorothée de Monfreid

Le Meilleur Resto du monde, Dorothée de Monfreid

Des toutous qui se lancent dans la gastronomie ? Eh bien, pourquoi pas ! Les chiens de Dorothée de Monfreid folâtrent dans les bois quand l’un d’entre eux a l’idée d’ouvrir « le meilleur resto du monde ». Dîner aux chandelles, plats raffinées, des toutous qui mangent à table : on pense forcément à la Belle et au Clochard de Disney. Ici, un des chiens donne des instructions à tout va pour créer le restaurant le plus parfait. Cependant, alors que tout est prêt et que nos toutous sont sur les starting-blocks pour dîner… patatras, Zaza le chien a oublié le plus important !! Heureusement, il y a toujours une solution. L’enfant s’amusera à nommer tous les chiens et à observer leurs différentes actions. Il réfléchira au plat que lui aurait demandé, et s’amusera, peut-être, à recréer un restaurant dans sa chambre ! Un joli album tout mignon, à la limite on déplorera juste qu’à la fin, tout ce petit monde finisse par se jeter sur des chips : on aura vu nourriture plus saine, mais c’est juste pour chipoter !

Le Meilleur Resto du monde, Dorothée de Monfreid. L’école des loisirs, 2018.

Par Emily

Pour jeunes lecteurs aguerris : La Prophétie de l’Horloge, John Bellairs

La Prophétie de l’Horloge, John Bellairs

La Prophétie de l’Horloge ? Mais… c’est pas un film, ça ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire de lecteurs ?
Eh bien sache, jeune Padawan, qu’avant d’être un film (actuellement en salles), La Prophétie de l’Horloge est un roman, signé John Bellairs, et publié aux Etats-Unis en 1973. Et qu’il n’est même pas vieillot !
On y suit Lewis Barnavelt, une dizaine d’années et qui, à la mort de ses parents, est envoyé vivre chez son oncle Jonathan. Or, Jonathan n’est pas n’importe qui : c’est un magicien ! Et pas le genre à animer les goûters d’anniversaire. D’ailleurs, il fait un tas de choses étranges, comme tenir des réunions avec la vieille voisine, Mme Zimmerman, ou arpenter sa maison à la nuit tombée, en s’éclairant d’une torche, pour arrêter toutes les pendules et mieux entendre celle qui, dans les murs, produit un tic tac entêtant – et très agaçant. Rapidement, Lewis se prend au jeu… et ressuscite par erreur Serenna Izard, la précédente propriétaire de la maison, et de ladite horloge cachée dans les murs. Une horloge qu’elle a justement créée pour déclencher l’Apocalypse… ça sent le roussi !
Comme on le disait plus haut, le texte n’a pas tellement vieilli et ne dépaysera pas les jeunes lecteurs actuels. L’intrigue se met très rapidement en place, ne présente pas une foule de péripéties, ni un univers particulièrement compliqué, ce qui rend le tout accessible dès 8 ans (aux bons lecteurs toutefois, car le roman fait tout de même 200 pages). Bref : idéal pour débuter en fantasy, ou à lire en cette période proche d’Halloween !

La Prophétie de l’Horloge, John Bellairs. Castelmore, 12 septembre 2018.

Par Oihana

Pour les jeunes adultes : Iron Gold partie 1 et 2, Pierce Brown

Iron Gold, Hachette, Pierce Brown

Souvenez-vous : nous avions eu le coup de coeur pour Red Rising, le premier tome d’une dystopie extrêmement novatrice signée Pierce Brown. Chacun des tomes suivants nous avaient conforté dans cette bonne opinion. Il n’est pas chose aisée que de reprendre un univers une fois un premier arc narratif bouclé : Pierce Brown s’y attelle pourtant avec enthousiasme dans une nouvelle trilogie, dont le premier volume est sorti tout récemment en deux parties chez Hachette. On retrouve donc avec bonheur les personnages attachants et l’univers si bien brossé de Red Rising : mais l’auteur approfondit aussi bien sûr tout ça, sinon quel intérêt de renouer avec Darrow et ses compagnons ? Cette fois, la fougue de la jeunesse est passée, Darrow est adulte, père de famille, pétri de regrets et de remords : si Red Rising reprenait tous les codes du roman YA, Iron Gold s’en détache, devenant de fait inclassable en terme de cible d’âge. Nous l’avons classé en YA un peu par défaut. Les considérations ne sont pas les mêmes : la politique est bien sûr au premier plan, ce qui se dessinait déjà dans le dernier tome. Il ne s’agit plus de détruire, mais bien de reconstruire, et la tâche est loin d’être facile. Darrow est pris au coeur d’un dilemme terrible : préserver les intérêt de la République ou profiter de sa famille ? Aussi ambitieux et cinématographique qu’un Star Wars, ce nouveau roman montre que Pierce Brown n’a rien perdu de son talent !

Iron Gold partie 1 et 2, Pierce Brown. Hachette romans, 2018. Traduit de l’anglais par Hélène Lenoir.

A propos Emily Costecalde 657 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.