Mille ans après tout le monde, je vous parle du roman De sang et de rage…

De sang et de rage

YOUNG-ADULT — De sang et de rage : le roman de Tomi Adeyemi a fait sensation dès sa publication aux États-Unis, aussi était-il très attendu de la blogosphère française, très curieuse de découvrir cet univers très différent de ce qui se fait habituellement en fantasy young-adult. À peine reçu, je m’en suis emparée pour le lire, mais je ne vous en parle que maintenant car, dans ma nouvelle vie de maman, j’ai parfois du mal à me poser pour écrire mes chroniques. Plus le temps passe, et plus c’est difficile : je ne vous apprendrai rien, amis blogueurs. Résultat : je me retrouve à vous parler de ce roman trois ou quatre mois après lecture, autant dire que l’exercice est plus difficile que jamais.

De sang et de rage est un roman de fantasy à découvrir à partir de 14 ans. Il décrit un univers autrefois riche en magie dont les sorciers adultes (l’ethnie des majis) ont tous été méticuleusement massacrés par le roi. Leurs enfants, qui se reconnaissent à leur chevelure blanche, sont discriminés, asservis, parfois tués. Zélie est l’un d’entre eux, enfant, elle a assisté à l’assassinat de sa mère, puissante prêtresse maîtrisant la magie des morts. Contre toute attente, la jeune fille se retrouve brusquement en position de ramener la magie. Pour cela, elle est prête à tout… même si sur son chemin se dressent de nombreuses embuches, et si le prince héritier semble bien déterminé à l’arrêter.

C’est un roman vraiment intéressant, qui puise ses inspirations dans la culture africaine, ce qui est suffisamment rare en soi pour justifier qu’on jette un œil au roman. Le fait que le roman soit vraiment chouette vous poussera à y regarder de plus près. La quête de Zélie pour ramener la magie est pleine de suspense, et l’aventure est menée tambour battant : de ce point de vue-là, le lecteur assiste à un grand moment de divertissement, et le roman se montre tout à fait satisfaisait. Le lecteur partage sans peine la révolte de Zélie et s’indigne face à cette ségrégation terrible qui rythme la vie à Orïsha, face à ce racisme institutionnalisé.

De sang et de rage

Le trio de personnages principaux se compose de Zélie, son frangin qui passe la moitié du roman à lui en vouloir et la princesse, pas très dégourdie mais pleine de bonne volonté, qui s’est enfuie du palais après avoir vu son père mettre à mort sa servante et meilleure amie. Face à eux, le prince héritier, viril et admiré, qui rêve de prouver à son père qu’il est digne de lui succéder (de prime abord, car la relation père/fils s’avère en réalité bien plus compliquée que ça). L’intrigue, sans surprise, consiste majoritairement en une course contre la montre : Zélie doit mener à bien sa quête dans le temps imparti, tout en évitant de se faire pincer par le prince qui veut sa peau, prince qu’elle affronte en rêve dans des joutes verbales qui, peu à peu, vont faire vaciller le prince. Sans surprise, également : une romance finit par naître entre les deux personnages. Là, je l’avoue, je m’attendais à être un peu plus surprise. J’aurais été curieuse de voir une idylle naître entre Zélie et la princesse, par exemple, puisque sentiments il y a toujours dans ce genre de roman. Bien que les deux jeunes filles soient du même côté, ça aurait sûrement été intéressant et un peu moins convenu qu’une énième romance interdite. Mais une histoire d’amour entre Zélie et son ennemi ? Eh bien, ça, ça a été vu et revu mille fois. Bon, après tout, j’imagine qu’on ne peut pas être original sur tous les tableaux.

Mais pour tout le reste, Tomi Adeyemi s’en tire avec les honneurs : c’est efficace, bien mené, et ça donne envie de lire la suite.

De sang et de rage, Tomi Adeyemi. Nathan, mai 2019. Traduit par Sophie Lamotte d’Argy.

A propos Emily Costecalde 667 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.