Les Saisons de la tempête : cocktail explosif !

YOUNG ADULT — Imaginez : vous êtes encore adolescent, aux portes de la mort et on vous propose un choix : mourir ou survivre en tant qu’entité magique incarnant une saison, avec les pouvoirs qui lui sont propres. Chaque année, vous renaîtrez, devrez tuer la saison « précédente » et finalement, vous faire assassiner par la suivante… Rebelotte l’année suivante. Et celle d’après. Et encore celle qui viendra ensuite. Le cycle de la nature en marche, en somme. Bref… vous signez ?

Jack Sommers a accepté ce marché en apparence alléchant et depuis une trentaine d’année, il incarne l’hiver. Chaque année, il doit traquer Amber, qui représente l’automne, et à chaque mois de mars, il est chassé à son tour par Fleur, qui possède les pouvoirs du printemps. Julio, l’été, termine la boucle. Sauf que Jack, à force de côtoyer Fleur, a fini par en tomber amoureux… Alors un jour, il se demande s’il est possible de sortir de ce système cyclique sanglant et il commence à rêver de s’enfuir.

On est un peu déstabilisé au début par la drôle d’association entre les pouvoirs de la nature et le côté technologique de la vie des saisons avec leur dortoir dans le mystérieux Observatoire, les lignes telluriques qui les ramènent au bercail à chaque mort, leur émetteur qui les relie en permanence à leur superviseur personnel et ainsi de suite. C’est assez drôle de voir quelque chose d’aussi ancestral et naturel que l’enchaînement des saisons se mêler à l’organisation presque militaire et en tout cas très scolaire de la vie à l’Observatoire. C’est presque désacraliser la chose, surtout si on ajoute les incarnations physiques de Gaia et Chronos, rien que ça ! Oui, on peut croiser la Terre et le Temps dans les couloirs de cet établissement peu commun. Bref, il fallait oser.

Convaincu ou pas par ce parti pris étonnant, vous tomberez en revanche très certainement sous le charme des personnages, la grande force de ce récit : l’alchimie entre les 4 personnages principaux, ainsi qu’avec leurs superviseurs, est vraiment chouette. Ces 4 saisons coincées dans des corps d’adolescents éternels sont plus vieilles qu’il n’y paraît et viennent donc avec leur cortège de blessures et de regrets. En revanche, côté hormones : ce sont bel et bien des adolescents, et ça bouillonne sec ! Bientôt, plusieurs couples se forment… C’est bien évidemment l’amour qui sera le moteur du changement !

Beaucoup d’action, et un road trip effréné de la côte est des States au Mexique, véritable fuite en avant ponctuée de combats dantesques : Les Saisons de la tempête s’avère divertissant, avec peu de temps morts. Si vous cherchez un roman fantastique avec de l’amitié, de l’amour et de l’action, ne cherchez pas plus.

Les Saisons de la tempête, Elle Cosimano. De Saxus, 2021. Traduit par Adrienne Derrier.

A propos Kévin Costecalde 304 Articles
Passionné par la photographie et les médias, Kévin est chef de projet communication. En 2012, il a lancé le blog La Minute de Com, une excellente occasion selon lui d'étudier les réseaux sociaux et l'actualité. Curieux et touche-à-tout, Kévin aime les challenges, les voyages et l'ironie.

2 Commentaires

  1. Il a l’air bien ! Y-a-t-il des passages osés ou ça va ? C’est pour offrir à quelqu’un de jeune…

    • Bonjour, plusieurs des personnages flirtent, et certains couchent ensemble, ce n’est pas particulièrement explicite ou décrit, mais on comprend bien que c’est de cela qu’il s’agit.
      Belle journée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.