Femmes d’été, femmes d’hiver : tout, sauf un film sur les nazis !

Femmes d'été, femmes d'hiver

ROMAN — À vingt-neuf ans, Jonas Rosen débarque dans le New York de la fin des nineties pour un stage de cinéma payé par une grande chaîne allemande. Le rêve ? Pas vraiment.

Ce voyage en apparence idyllique va fortement chambouler le jeune Allemand. Alors qu’il cherche désespérément l’inspiration pour son projet d’étude (un film sur le sexe qui ne le passionne pas vraiment), Jonas va se retrouver confronté à deux énormes claques : il devra se confronter aussi bien à sa propre parentalité potentielle qu’au passé trouble de sa famille. En effet, sa venue en Amérique est l’occasion pour lui de rencontrer sa « tante » Paula, autrefois sauvée par son grand-père, alors SS dans les pays baltes…

Jonas incarne à merveille cette génération de jeunes Allemands qui ont du mal à réconcilier l’image qu’ils ont de leurs aïeux plutôt sympathiques avec le rôle odieux qu’ils ont pu jouer dans l’Allemagne du IIIe Reich. Venu à New York absolument contre l’idée de tourner « un film à la con sur les nazis« , Jonas évite dans un premier temps cette confrontation qu’il devine inconsciemment difficile. Mais la curiosité le rattrape et il finit par plonger la tête la première dans le passé de son Apapa… Chris Kraus nous livre un incroyable personnage de fiction en la personne de Paula, ex-survivante de la Shoah puis égérie des beatniks dans le New York de l’après-guerre.

Au-delà de la confrontation frontale avec le passé de sa famille, Jonas découvre que le New York qu’il fantasmait n’existe pas. Il doit être hébergé par un éminent professeur de cinéma américain : il découvre en guise de mentor un Ingnatius Reilly vivant dans les déjections de ses chiens, dans un appartement d’une crasse phénoménale, situé dans le quartier le plus craignos de New York : Alphabet City. Vous connaissez la petite comptine ? Avenue A, you’re all right. Avenue B, you’re brave. Avenue C, you’re crazy. Avenue D, you’re dead… Le pauvre Jonas se retrouve à crécher sur l’avenue C, et doit promener les chiens de son logeur sur l’avenue D. À peine est-il arrivé qu’il survit à une agression dans le hall de l’immeuble. New York, glamour ? Pas vraiment.

Dans cette métropole un peu glauque, Jonas multipliera pourtant les rencontres étonnantes qui le feront chacune grandir un peu plus. Parmi ces nouvelles amitiés, on peut citer celle qui l’unit à « la sirène », l’étonnante Nele. Il se sent bientôt tiraillé entre sa nouvelle amie américaine et la petite amie qu’il a laissée en Allemagne. Pourtant, la relation qu’il noue avec Nele n’est pas vraiment romantique, ni franchement sexuelle.

C’est un roman qui joue beaucoup avec les codes de l’absurde, certaines situations sont rocambolesques, et il arrive des trucs absolument improbables au héros… Pris entre passé et présent, vieux continent et nouveau monde, Jonas tâche de trouver sa voie à l’aube de ses trente ans. Un roman d’apprentissage un peu rude, tissé dans l’ombre de la seconde guerre mondiale…

Femmes d’été, femmes d’hiver, Chris Kraus. 10/18, février 2022. Traduit de l’allemanrd par Rose Labourie.

NB : Ce roman a été publié pour la première fois en français sous le titre Baiser ou faire des films, paru chez Belfond.

A propos Emily Costecalde 998 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.