Les enfants sont rois : une critique acerbe de la vie des influenceurs

Les enfants sont rois

CONTEMPORAIN — La réputation de Delphine de Vigan n’est plus à faire : la finesse de son regard sur notre société nous a déjà livré de bien jolis romans. Les enfants sont rois, son dernier roman à paraître en poche, est une vraie réussite, délicieusement actuel.

Les enfants sont rois se penche sur la sphère ô combien controversée des enfants influenceurs. Si, comme moi, vous êtes maman, vous avez déjà sûrement vu un paquet de fois sur Instagram des parents qui mettent en scène leurs enfants sur les réseaux sociaux. C’est ce que fait Mélanie, l’héroïne du roman de Delphine de Vigan.

Mélanie a des étoiles plein les yeux. Adolescente au moment de Loft Story, elle rêve de célébrité facile, de cette vacuité qui hante la télévision depuis vingt ans : la téléréalité. Mais Mélanie ne perce pas sur le petit écran. Sa seule tentative se solde par un échec. Alors, elle oublie ses rêves de télé et se range : elle se marie et devient maman de deux enfants.

En pleine dépression post-partum, elle fait comme beaucoup de jeunes mamans : elle zone sur la toile pour parler avec d’autres mères. De fil en aiguille, elle en vient à ouvrir sa chaîne Youtube, puis son compte Instagram. Le succès est au rendez-vous. Les services de presse, les propositions de partenariats rémunérés affluent. Mélanie devient riche, suivie par cinq millions d’abonnés. Jusqu’au drame : un jour, sa fille cadette disparaît. C’est un enlèvement.

Delphine de Vigan décortique avec beaucoup d’acuité les dérives des réseaux sociaux, ce monde où chacun peut s’afficher et où la célébrité se construit sur un certain exhibitionnisme. Derrière l’horreur de ce que vit Mélanie, l’autrice montre des enfants exploités par leurs parents, obligés de répéter des textes appris par coeur et de faire les petits singes savants pour faire, dans les cas les plus extrêmes, vivre toute la famille. Questions de droit à l’image (avec la mention de plusieurs procès faits par d’ex-enfants d’Internet à leurs parents une fois majeurs), de surexposition, de travail des enfants et des dérives sont ainsi exposées en un panorama très complet, jusqu’aux pédophiles qui se réjouissent de ce florès d’images enfantines sur la toile. Tout ceci fait profondément froid dans le dos.

D’une efficacité redoutable, le roman se lit en deux temps, trois mouvements : le lecteur suit Mélanie du tout début des années 2000 jusqu’aux années 2030. Une telle amplitude temporelle permet un traitement fouillé de la psychologie des personnages principaux. Ainsi, le lecteur observe de près l’impact des événements sur Mélanie, sur son couple et surtout sur ses deux enfants. Delphine de Vigan se montre volontiers impitoyable dans la description psychologique de ses personnages.

Implacable et féroce : ce roman frappe fort et touchera au coeur tous les parents. Rien n’échappe à l’oeil acéré de Delphine de Vigan qui montre, une nouvelle fois, toute l’étendue de son talent.

Les enfants sont rois, Delphine de Vigan. Folio, août 2022.

A propos Emily Costecalde 983 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.