C'est tout chaud !

A Series of Unfortunate Events : le retour des orphelins Baudelaire

SÉRIE TV — Netflix a une nouvelle fois flairé un bon coup en adaptant les treize romans jeunesse de Daniel Handler (alias Lemony Snicket), lesquels retracent les déboires des orphelins Baudelaire. Dans cette première saison haute en couleur, la chaîne de streaming frappe un gros coup, laissant présager le meilleur pour la suite.

Une atmosphère absurde et fascinante

La particularité de l’univers des orphelins Baudelaire, c’est bien sûr l’absurdité qui y règne en maitre. Dès la première scène, le spectateur est frappé par cette ambiance si étrange, où les couleurs sont plus vives que dans la réalité et où les impressions rétro se mêlent à un langage moderne. Les anachronismes sont fréquents, brouillant ainsi les pistes quant à ce monde à part dans lequel évoluent Violet, Sunny et Klaus. Les enfants sont spéciaux, dotés de talents aussi utiles qu’originaux. Violet, la fille ainée, est une formidable inventrice capable de fabriquer les machines les plus folles avec un simple bout de ficelle. Klaus, le deuxième enfant de la fratrie, est un lecteur assidu possédant une mémoire infaillible, ce qui lui permet d’enregistrer une quantité ahurissante d’informations. Sunny, la petite dernière, n’est qu’un bébé. Elle communique dans un langage qui lui est propre et que seuls Violet et Klaus comprennent mais elle fait pourtant preuve d’une étonnante clairvoyance pour son âge ! Elle est également dotée de dents acérées lui permettant de sculpter les matériaux les plus durs.

Après la mort de leurs parents dans un incendie suspect, ils sont ballotés d’un tuteur à l’autre par le représentant de la banque gérant l’immense fortune dont ils sont les héritiers. Ce monsieur Poe, bien que, dans le fond, rempli de bonnes intentions, est extrêmement naïf et obsédé par sa carrière. Par sa faute, les orphelins sont donc à plusieurs reprises placés dans des foyers dangereux, le pire de tous étant bien sûr la maison du Comte Olaf qui, par sa multitude de stratagèmes, tente sans relâche de mettre la main sur les trois enfants afin de disposer de leur argent. L’incapacité des adultes à réaliser que les orphelins Baudelaire sont en danger est à classer dans le dossier des absurdités mais elle également représentative du sentiment d’incompréhension que les enfants ou adolescents ressentent parfois vis-à-vis de leurs ainés.

Lemony Snicket en guide avisé

Dans les romans, l’auteur assume le rôle du narrateur derrière son nom de plume, Lemony Snicket. Dans la série, ce mystérieux personnage fait de même et prévient à de nombreuses reprises le téléspectateur en l’encourageant à regarder quelque chose de plus plaisant. Ce narrateur particulier est très important dans la construction de l’atmosphère un brin déprimante de la série. Son expression impassible et ses commentaires pessimistes ne laissent rien présager de bon pour les Orphelins Baudelaire. Les scénaristes ont inclus avec beaucoup de doigté les face à face entre Lemony Snicket et le public, n’en faisant ni trop, ni pas assez.

Neil Patrick Harris au sommet de son art

L’interprète du terrifiant Comte Olaf est fait pour ce rôle. Celui qui interprétait avec brio Barney Stinson dans la série How I Met Your Mother et qui a également, à plusieurs reprises, enflammé les scènes des Oscars, Emmys ou Tony Awards en tant que présentateur fait un travail remarquable en endossant le costume du grand méchant de la série. Son expérience sur les planches de Broadway est flagrante dans les scènes musicales ainsi que dans l’exubérance des fausses personnalités empruntées par le Comte Olaf pour arriver à ses fins. Neil Patrick Harris produit un personnage à la fois terrifiant, hilarant et toujours surprenant. Cerise sur le gâteau, il est également l’interprète du générique dont les paroles ne cessent de prévenir le public : « look away, look away ».

Trois saisons sont prévues afin de raconter en détails la terrible vie des trois Baudelaire. Le format série semble coller à la peau des romans de Lemony Snicket, permettant aux créateurs de A Series of Unfortunate Events d’exploiter au maximum la richesse de cet univers déjanté. La suite des aventures est prévue pour 2018. En attendant, n’hésitez pas à vous ruer sur les huit premiers épisodes pour une expérience décalée et divertissante.

Audrey Moulin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*