Edito 2016 – Ces livres lus et aimés en 2015 #2

edito, lectures, 2015

EDITO — Je n’ai pas, comme Emily, de carnet de lecture qui m’accompagnerait depuis ma prime jeunesse. En lectrice primesautière, je n’ai jamais pris la peine de consigner mes découvertes juvéniles, malgré plusieurs appels du pied familiaux et quelques maigres tentatives, passées depuis aux oubliettes. Je n’ai contracté cette habitude que dans mes dernières années d’étude : impossible, donc, de remonter beaucoup plus loin que trois ou quatre années en arrière, avec pour seules mentions le titre et le nom de l’auteur, quelque fois le numéro de tome s’il s’agit d’une série et qu’il me reste de la place. Contrairement à Emily, je n’utilise qu’un tout petit carnet – qui rentre dans mon sac à mains et qui est donc de toutes les aventures… La couverture écornée en témoigne. Je l’utilise à la fois pour garder le fil de mes découvertes et pour prendre des notes, bien éphémères : j’ai gommé les listes, références de citations et autres petits mots au fil du temps, réécrivant sans cesse par dessus – ce carnet aurait aussi bien pu s’intituler Palimpseste, finalement.

Si je n’ai pas attribué de notes dans ce carnet, ni noté mon ressenti, je peux, comme Emily, associer quelques lectures à des moments particuliers : l’été avant la terminale, je lisais La Clarté de la Lune de Lian Hearn ; Les Émigrants, de W.G. Sebald a accompagné ma fin d’études ; la veille de leur mariage, j’étais plongée dans L’Imposteur de Javier Cercas  et j’ai dévoré Le Rhinocéros qui citait Nietzsche, de Peter S. Beagle, durant mes premières vacances payées sur mes propres deniers – d’ailleurs, j’étais naïvement partie avec seulement deux livres, ces vacances ont été misérables sur le plan des lectures.

De fait, une fois que l’on a pris le pli de noter les titres, retrouver les temps forts d’une année devient bien plus simple. Alors voici les titres qui m’ont marquée en 2015, par ordre chronologique ; sans surprise, les littératures de l’imaginaire et la jeunesse dominent !

–          Trois langues dans ma bouche, Frédéric Aribit (Belfond).

–          La Fille aux licornes, Lenia Major (Talents Hauts.)

–          Même pas peur, Ingrid Astier (Syros).

–          Le Héron de Guernica, Antoine Choplin (Points).

–          La Horde du Contrevent, Alain Damasio (Folio SF).

–          Les Outrepasseurs, Cindy van Wilder (Gulf Stream).

–          Poison City, Tetsuya Tsutsui (Ki-oon).

–          Les Nuits de laitue, Vanessa Barbara (Zulma).

–          In utero, Julien Blanc-Gras (Au Diable Vauvert).

–          Today we live, Emmanuelle Pirotte (Le Cherche-midi).

–          La Voie des rois, Brandon Sanderson (Le Livre de Poche).

–          Le Château des étoiles, Alex Alice (Rue de Sèvres).

–          La Mort est une femme comme les autres, Marie Pavlenko (Pygmalion).

–          Par bonheur, le lait, Neil Gaiman & Boulet (Au Diable Vauvert).

–          La Fabrique de doute, Paolo Bacigalupi (Au Diable Vauvert).

–          La Bulle, Timothée de Fombelle et Eloïse Scherrer (Gallimard Jeunesse).

–          Silver, tome 1, Kerstin Gier.

Si j’en crois cette liste, mon année de lecture a été moins diversifiée que celle d’Emily : on ne se refait pas et même la lecture peut être marquée de quelques marottes ! Mais j’ai lu des romans nettement plus variés qu’en 2014. Il ne me reste donc qu’à poursuivre la tendance en 2016 !

Quant à ouvrir un nouveau carnet, la question ne se pose pas pour moi. Si ma liste 2016 s’orne déjà de 4 ou 5 titres (dont au moins deux flirtant avec ma note maximale !), ce sera sans aucun doute la dernière à être notée dans mon petit carnet. Malgré les gommages, il ne reste plus guère de place.

A propos Oihana 540 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

4 Commentaires

    • Oh oui, j’y tiens beaucoup ! Et il me reste encore quelques pages à gommer… peut-être pour une autre année ? Je n’ai pas envie de me séparer de ce carnet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.