Le Cycle de Mithra : de la fantasy antique !

FANTASY HISTORIQUE — Rachel Tanner est autrice de fantasy française. Ses premiers romans, L’Empreinte des Dieux et Le Glaive de Mithra, coups de cœur des Imaginales 2007, viennent d’être réédités sous la forme d’une intégrale, enrichie de quelques nouvelles, par les éditions Mnémos.

VIIIe siècle après Jésus-Christ. Le culte de Mithra, venu de Perse, est devenu la religion officielle de l’Empire romain, alors que les autres cultes, comme celui de la petite secte chrétienne, sont férocement réprimés. Pourtant, aux frontières du royaume, il existe d’autres spiritualités : en Armorique, les druides et autres mages sont toujours bien présents. Et les mécontents du joug romain s’agitent un peu partout : peuples germaniques en révolte, Armoricains farouchement attachés à leur autonomie, tribus helvètes regardantes sur les droits de passage… Or Rome, en proie à la corruption et aux complots, cherche à retrouver sa splendeur passée.
À Vindossa – domaine idyllique protégé du monde extérieur – la puissante magicienne Ygrène s’efforce de rassembler les ennemis de Rome.
Il ne manque qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres, et elle viendra de Judith de Braffort, fille d’un noble armoricain, envoyée à Vindossa par un dieu assez mystérieux. Alors que sa propre tante, Frédérique de Braffort, gravit les échelons de la prêtrise de Mithra, la confrontation entre les deux mondes semble de plus en plus inévitable.

Rachel Tanner nous propose un roman mêlant fantasy historique et uchronie, et il faut dire que le mélange est très réussi ! L’intrigue s’appuie en effet sur de solides recherches historiques (l’autrice a fait des études d’histoire et d’archéologie), qui forment un univers extrêmement réaliste. Jeux de pouvoir, corruption, questions sociales ou religieuses forment une toile de fond extrêmement dense, fourmillant de petits détails qui la rendent à la fois passionnante et très prenante. L’uchronie, quant à elle, vient de ce culte de Mithra nettement plus développé qu’il ne l’a réellement été. Malgré cette nouvelle place, il s’intègre parfaitement au récit et vient à merveille compléter cette riche toile de fond, puisqu’au fil des chapitres, on en connaît toutes les clefs de voûte : organisation hiérarchique, particularités du calendrier, offices, croyances, etc. Toutefois, dans le tome 2, il colle de plus en plus au culte chrétien tel qu’on le connaît de nos jours (notamment en termes de calendrier et de célébrations), ce qui le rend un tantinet moins original que dans le premier volume.

Du côté de l’intrigue, bien que la préface se réclame de David Gemmell, on ne peut pas vraiment dire qu’on soit dans de la fantasy épique. Oui, il y a de la magie et de grandes luttes, mais on sent bien que le système de magie n’était pas une préoccupation majeure (il est très peu expliqué, mais fonctionne parfaitement sans exposé) pour ce roman. C’est d’autant plus visible dans le tome 2, dont le récit tourne quasi exclusivement autour des jeux de pouvoir et des intrigues de cour. Les deux tomes sont d’ailleurs assez différents l’un de l’autre, et pas seulement en raison de l’ellipse temporelle assez importante qui les sépare. Dans le premier volet, Judith et ses comparses tentaient réellement d’endiguer la vague romaine déferlant sur ses opposants. Dans le second volet, nettement plus sombre, les mithriastes ont encore gagné en pouvoir et Judith rejoint Rome pour lutter contre une secte dangereuse œuvrant dans les catacombes. A bien des égards, ce second volet donne un meilleur aperçu de l’uchronie, puisque l’ensemble de l’intrigue (ou presque) se déroule à Rome, en suivant différents personnages. Malheureusement, ceux-ci, assez nombreux, font qu’il est difficile d’adhérer vraiment à l’un ou à l’autre, ce qui a parfois rendu la lecture de ce deuxième tome un peu moins passionnante que celle du premier.
Les nouvelles, quant à elles, viennent agréablement compléter le panorama, éclairant tel ou tel aspect de l’univers par l’entremise de l’histoire particulière d’un personnage.

En somme, ce Cycle de Mithra offre une fort intéressante réécriture de l’histoire de l’Antiquité. Et si le roman n’est pas truffé de batailles épiques riches en utilisation de magie, il propose un univers dense, riche en détails, dans lequel il est facile de se laisser emporter !

Le Cycle de Mithra, Rachel Tanner. Mnémos, mai 2019. 

A propos Oihana 553 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.