Fingus Malister : feux follets, mandragore et cadavre frais !

FANTASY JEUNESSE ─ Après la très remarquée série des Sœurs Carmines, voici le nouveau titre d’Ariel Holzl. Et, s’il s’adresse à un public nettement plus jeune que celui des précédents romans, on y retrouve ce mélange d’humour et de poisse qui en faisait tout le charme !

Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie au cours de l’examen d’entrée : en procédant en direct à un rituel de zombification ! Pour cela, rien de plus simple : il lui suffit de préparer une soupe de mandragore – avec 120g de mandragore et 80g d’or des fous – et de répandre la préparation sur un cadavre frais. Première étape, donc : préparer la soupe. Et pour cela, Fingus va sans doute avoir besoin de l’aide d’une sorcière… laquelle s’avère un brin plus têtue que lui. Notre jeune apprenti seigneur maléfique ayant plus d’un tour dans son sac, le voici parti à la recherche de ses ingrédients.

Le roman est donc porté par ces deux personnages qui ont tout de parfaits anti-héros. Polly, la jeune sorcière, refuse obstinément de jeter des sorts et tente plus que tout de dissuader Fingus de commettre d’irréparables bêtises. Celui-ci, bien décidé à restaurer la grandeur de sa famille, ne vit que pour devenir un grand nécromancien, suit les conseils de son grand-père décédé dont il promène partout le crâne et… accumule les bêtises que Polly essayait justement de lui éviter. De sorts ratés en évocation inopinée de kraken dans la cave, difficile de s’ennuyer ! D’autant que l’histoire, assez courte et centrée sur une seule intrigue, se déroule dans un univers volontiers sombre et peuplé d’étranges créatures, dont certaines pourront faire dresser les cheveux sur la tête rien qu’à y penser (les scaraignées, notamment. Ce nom inventé n’est-il pas prometteur de délicieux frissons ?!).

Le côté assez sombre de l’histoire et de l’univers est parfaitement contrebalancé par l’humour qui parcourt le texte : les péripéties et déboires des protagonistes sont assez drôles et rythmés par les répliques mordantes dont ils ne sont pas avares, loin de là.
Le tout est aussi loufoque qu’attendrissant ! D’ailleurs, si le récit est accessible aux plus jeunes lecteurs, nul doute que les lecteurs plus âgés y trouveront leur compte.

En somme, voilà un court roman que l’on recommandera de piquer aux plus jeunes, pour profiter d’une courte aventure déjantée, idéale à lire à cette période de l’année.

Fingus Malister, tome 1 : feux follets, mandragore et cadavre frais, Ariel Holzl. Rageot, 2 octobre 2019. 

A propos Oihana 550 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.