The Wild : randonnée pour ado psychopathes

The Wild, Hachette romans

THRILLER YOUNG-ADULT — Out of the Wild est de ces programmes dont raffole l’Amérique : un concept choc pour remettre dans le droit chemin les adolescents à problème, ceux qui se droguent, qui fuguent, qui volent, les déserteurs et les brutes… La particularité d’Out of the Wild ? Les jeunes sont parachutés en pleine nature et doivent enchaîner des randonnées dans un confort très sommaire, pour ne pas dire inexistant : survivre à la dure, renouer avec leur « moi » sauvage. Au fil du temps, les participants au programme gagnent de quoi se faciliter la vie, comme une tente, une lampe-torche ou un sac à dos… Quand les animateurs le décident, ils ont enfin le droit de revenir à la civilisation (mais ça prend plusieurs mois…). En attendant, comportez-vous bien, et vous aurez le droit à des petits extras.

Mais au début de l’aventure, comme la jeune Dawn le découvre très vite, elle n’a qu’une bâche qui lui sert à la fois de sac et de tente de fortune et elle doit se débrouiller avec ça pour enchaîner les kilomètres et survivre aux nuits. Charmant.

Pourquoi Dawn est là, au fait ? C’est tout aussi charmant : Dawn, à dix-sept ans, a quitté le domicile familial pour vivre avec un dealer du double de son âge. Désespérés, sa mère et son beau-père n’ont plus vu qu’une alternative : Out of the Wild. L’équipe leur a assuré que c’était absolument sans danger. Sans danger… vraiment ? 

Car Dawn rejoint une troupe d’ados en colère, et à problèmes, dont certains déjà condamnés. Isolés en pleine nature, que peut-il se passer ? Vous savez ce qu’on dit : chassez le naturel… il revient au galop !

Thriller psychologique doublé d’un survival en pleine nature (hostile, la nature. Très hostile !) The Wild joue beaucoup sur les dynamiques de groupe et l’évolution mentale des personnages, le tout dans un contexte de rigueur physique peu confortable : ampoules, froid, faim, fatigue musculaire font partie intégrante du récit. Cette usure des muscles est pensée pour laisser du temps aux ados de cogiter. Dawn cogitera bel et bien : son évolution psychologique se fait progressivement. Mais les événements tragiques qui vont marquer son expérience auront probablement été plus efficaces que la balade en forêt éreintante promise par Out of the Wild… Rien de tel qu’une expérience de mort imminente pour vous pousser à remettre en question votre vie, pas vrai ?

Le récit est très rythmé, avec des chapitres courts et efficaces, et un narrateur omniscient caustique qui peut déstabiliser, mais qui apporte énormément à la construction de l’atmosphère oppressante du roman. Les phrases sont courtes, avec des apartés entre parenthèses. L’auteur a le sens de la formule, et c’est ce qui fait le sel du roman.

La mise en place peut sembler longue mais une fois atteint le point de bascule, tout s’accélère et l’action ne retombe pas (certains seront tentés de penser que l’antagoniste principal est increvable). Pour Dawn, la randonnée se mue en lutte pour survivre… Le lecteur lit ce roman en apnée, quasiment d’une traite, déterminé à savoir comment Dawn va s’en sortir (car elle va s’en sortir, pas vrai ? Vous verrez).

The Wild, Owen Laukkanen. Hachette romans, 2021. Traduit de l’anglais par Jeannot Clair.

A propos Emily Costecalde 839 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.