La Voie des rois (2), le début du chef d’oeuvre de Sanderson.

Brandon Sanderson, La Voie des rois, Les Archives de Roshar, Le Livre de Poche

Où l’on retrouve Kaladin, Dalinar et Shallan aux prises avec leurs destins. Alors que celle-ci est enfin passée à l’acte et s’est emparée du Spiricante de Jasnah, que Dalinar commence à faire la paix avec ses démons et à retrouver une crédibilité auprès de ses pairs et que Kaladin fait enfin quelque chose des hommes de pont, la guerre semble de moins en moins proche de s’éteindre.

Si la première partie, dont nous avons parlé il y a quelques semaines, faisait office de gargantuesque introduction à un univers d’une complexité rare, cette seconde partie sert à mettre en place les intrigues qui vont s’entrecroiser. Et, à l’instar de l’univers qui les abrite, celles-ci sont d’une richesse inouïe. En effet, on se concentre sur nos trois protagonistes, mais aussi sur les personnages qui gravitent autour d’eux. Adolin et Renarin, les deux fils de Dalinar, prennent de plus en plus d’importance. Navani, leur tante, s’immisce elle aussi dans les affaires du clan Kholin et tente de peser sur l’histoire en cours. Du côté des Hauts-Princes, c’est le très énigmatique Sadeas, ex-meilleur-ami de Dalinar – et meilleur ennemi en cours – qui prend de plus en plus de consistance. Du côté de Shallan, c’est Jasnah, l’érudite hérétique, qui s’étoffe de plus en plus. Et ce qui est intéressant, c’est qu’ils ne sont pas statiques : ils évoluent au fil des événements, s’humanisent, nous surprennent parfois, en prenant des sentiers qu’on n’avait pas envisagés.

Brandon Sanderson, La Voie des rois, Le Livre de Poche, Les Archives de Roshar

Plus on avance, plus on voit comment leurs histoires sont liées – même si les liens semblent, de prime abord, ténus. Avec les recherches de Jasnah sur les Néantifères, Sanderson approfondit les aspects historique et mythologique de son univers. À ce titre, la conclusion, extrêmement bien amenée, présage du meilleur pour la suite !
De plus, la magie particulière à l’univers, la Fluctomancie, dont il était question, jusque-là, essentiellement dans les interludes mettant en scène Szeth, l’esclave-assassin, fait enfin son apparition dans la trame principale, promettant de très intéressants développements vu ce que l’auteur a choisi d’en faire jusque-là.

L’intrigue est nettement plus rythmée dans cette seconde partie. Alors que la première partie semblait prendre agréablement son temps pour nous offrir un panorama complet de la situation, on a ici l’impression d’entrer dans le vif du sujet. Suspense et scènes d’action sont omniprésents, surtout dans les scènes de batailles épiques que nous décrit Sanderson avec forces détails. Comme dans la première partie, l’écriture est extrêmement visuelle, soignée, les descriptions fournies sans être trop pesantes. On se croirait au cinéma tant le texte est fluide !

Et si l’on referme cet opus avec l’impression d’avoir bien débroussaillé et l’univers de Roshar et l’intrigue que nous présente Sanderson, on se doute bien qu’on n’a fait qu’effleurer la surface des choses, les dernières révélations tendant à montrer que la situation est certainement bien plus complexe qu’il n’y paraît. De fait, en tournant la dernière page, on a qu’une hâte : celle de lire la suite !

Les Archives de Roshar, tome 1, La Voie des rois, partie 2, Brandon Sanderson. Traduit de l’anglais par Mélanie Fazi. Le Livre de Poche, juin 2015.

A propos Oihana 542 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.