Isabella Bird : le retour de Charles Maries !

Isabella Bird, Ki-oon, Taiga Sassa

MANGA ─ Au dernier épisode, nous avions laissé Isabella Bird et Ito à Niigata, première grosse étape de son voyage, où elle résidait chez le ministre plénipotentiaire britannique, sir Harry Parkes. Ce volume les voit donc attaquer le chemin de Yamagata, deuxième étape d’importance. Or, la route semble plus que compromise…

Car en effet, l’odieux Charles Maries, le naturaliste rencontré dans le tome précédent, est de retour et plus déterminé que jamais à se rattacher les services d’Ito, l’interprète d’Isabella, dont il avait été le premier employeur.

Ainsi, Taiga Sassa en profite pour développer le personnage de Tsurukichi, qui tient vraiment la vedette dans ce tome 4. Le retour de Charles Maries convoque des souvenirs qu’Ito aurait préféré oublier à tout jamais – et on comprend bien pourquoi, tant son ancien employeur se montre haïssable. Évidemment, tout cela induit un énorme suspense, car au vu des plans de l’insupportable botaniste, on se demande comment Isabella et Ito vont bien pouvoir continuer leur route !

Isabella Bird, tome 4, Taiga Sassa

Entre les desseins machiavéliques de Charles Maries, la suite du voyage d’Isabella et les doutes d’Ito, l’intrigue progresse à bon rythme. On en vient à d’autant plus apprécier les phases plus contemplatives du voyage, où l’on découvre des coutumes du Japon, tant le reste est plein de tension.
Mais cette partie de l’intrigue amène aussi son lot de réflexions. Parvenue en ville, Isabella s’aperçoit que le rapport que le pays du Soleil Levant entretient avec l’Occident est parfois ambigu : modèle à suivre, la société occidentale est aussi un rouleau compresseur qui tend à faire disparaître les spécificités de l’archipel et à tout uniformiser sur son passage, souvent avec la participation active et volontaire des habitants. Or, la jeune femme est justement venue chercher de l’authenticité et s’en trouve assez désappointée. La réflexion sur la mondialisation (si tôt !) et l’uniformisation n’est pas moralisatrice, mais toutefois juste assez présente pour que l’on y pense.

Mais ce n’est pas seulement sur ces réflexions que l’on referme ce volume : c’est aussi avec pléthore de questions, car Charles Maries, tel un oiseau de mauvais augure, met au jour un gros secret d’Isabella, que l’on commençait à percevoir depuis le volume précédent, et qui remet en cause le périple de la jeune exploratrice. C’est donc avec des questions plein la tête que l’on arrive au terme de ce quatrième tome, et l’impatience de lire la suite des aventures d’Isabella Bird !

Isabella Bird, tome 4, Taiga Sassa. Ki-oon, août 2018. Traduit du japonais par Sébastien Ludmann.

A propos Oihana 510 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

1 Commentaire

  1. Salut, ta critique sur le manga « Isabella Bird » est très impressionnante. Je crois bien que je dois impérativement lire ce manga pendant mon temps libre. Je te souhaite aussi une très bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.