Londres après minuit : à la recherche du film perdu !

Londres après minuit, Augusto Cruz

ENQUÊTE — Exploitant un véritable drame (la perte de nombreux films de l’âge d’or du cinéma muet, dont le véritable Londres après minuit), le roman d’Augusto Cruz est à la fois une enquête un brin loufoque et un plaidoyer en faveur du septième art : passionnant pour qui s’intéresse un minimum aux films d’antan.

McKenzie est un ancien du FBI, autrefois homme de confiance du directeur Hoover, aujourd’hui à la retraite. Un détective dans l’âme, en somme. Lorsqu’un vieux collectionneur le fait mander pour lui confier une enquête à priori anodine, McKenzie accepte : il doit retrouver un film de 1927, perdu depuis les années 60. Son nom ? Londres après minuit. Un film qui, vous l’apprendrez avec une simple recherche Google, existe vraiment.

Londres après minuit, Augusto Cruz

 

Qu’il est vertigineux et tragique de penser à toutes ces bobines, très probablement définitivement perdues : fixées sur des supports extrêmement fragiles, ces oeuvres n’ont pas survécu aux aléas du temps, aux incendies, aux dégâts des eaux, à la négligence, au désir de tri des studios… Certaines des plus grandes stars du muet ont donc à ce jour une oeuvre parcellaire, dont on ne peut voir qu’une partie. Augusto Cruz explique fort bien cet état des lieux, ainsi que la manière dont la gloire à l’aube du XXe siècle pouvait être très éphémère (et en tout cas cas, aisément éclipsé par le parlant). Une profonde nostalgie émane alors du récit.

Londres après minuit, Augusto Cruz

Quid de Londres après minuit ? Augusto Cruz en fait un film maudit, et l’objet d’une enquête à première vue impossible. Il semblerait que quelqu’un (quelque chose ?) ne veuille pas que ce film soit retrouvé. En acceptant de partir à sa recherche, McKenzie met sa vie en danger…

On aime ce roman pour cette ambiance poussiéreuse et un peu mélancolique, pour cette passion pour les vieux films qui semble sourdre directement des pages. À cet éloge du cinéma d’autrefois s’ajoute donc une enquête parfois absurde, souvent dangereuse, qui emmène le lecteur là où il n’aurait jamais imaginé mettre les pieds, et une sous-intrigue concernant Hoover, le célèbre directeur du FBI. Un roman vraiment intéressant, qui tisse une fiction étonnante à partir de faits réels.

Londres après minuit, Augusto Cruz. Christian Bourgois, 2015. Traduit de l’espagnol par André Gabastou.

A propos Emily Costecalde 698 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.