Espagne historique : deux romans pour se plonger dans le passé ibérique !

ESPAGNE — Vous êtes férus de romans historiques et ne dites pas non à une petite romance ? Vous aimez l’Espagne ? Café Powell vous propose deux titres à ajouter à votre pile à lire !

Direction le XVIIIe siècle avec La Cuisinière de Castamar !

La Cuisinière de Castamar

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce roman phénomène, récemment adapté sur Netflix : il raconte l’histoire de Clara Belmonte, une demoiselle de bonne famille en pleine déchéance sociale, contrainte de se faire domestique pour survivre. Clara est une cuisinière prodige, passionnée par l’art culinaire : un ajout toujours utile dans une cuisine !  Mais au contraire, son arrivée au domaine de Castamar va bouleverser la routine bien huilé du château…

Le roman vous fera découvrir le quotidien d’un domaine ducal dans l’Espagne de 1720, ce qui confère au récit un charme suranné vraiment pas désagréable : vous suivrez aussi bien des nobles que des domestiques, ce qui permet à l’auteur de brosser un portrait très complet de la société espagnole de l’époque, des préjugés des uns et des aspirations des autres… Au programme : deuils, traumatisme, complot, vengeance, et bien sûr romance, car notre héroïne va attirer le regard du duc lui-même. Si vous aimez les romances dans lesquelles une domestique attire le regard d’un noble, on est en plein dedans, le ressort est toujours efficace, bien qu’un peu grossier !

Mais au-delà de la romance, c’est l’aspect historique qui m’a plu, j’ai aimé découvrir cette Espagne déchirée, qui panse ses plaies après un conflit que je ne connaissais pas. Le récit est diablement efficace, alternant les points de vue de manière redoutable. Point bonus : les nombreuses descriptions des repas-phares de l’époque vous donneront sûrement faim ! Il ne reste plus qu’à découvrir l’adaptation proposée par Netflix.

La Cuisinière de Castamar, Fernando J. Múñez. Charleston, 2022. Traduit de l’espagnol par Marta de Tena.

Direction la dictature franquiste avec Hôtel Castellana

On fait un bond dans le temps avec Hôtel Castellana, un roman signé Ruta Sepetys (connue pour le succès de Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre, et dont nous avions aussi beaucoup aimé le roman Big Easy) qui nous plonge dans le Madrid des années 50. Une période sombre de l’histoire espagnole, incarnée par Ana et sa famille. Orphelins, Ana, Rafa et Julia ont perdu leurs parents, éliminés brutalement par la dictature de Franco. Ils vivent dans une pauvreté saisissante et dans une peur permanente. Alors que Franco décide une ouverture relative du pays aux touristes, américains principalement, Ana décroche un emploi de femme de chambre au grand hôtel Castellana, où elle va rencontrer un jeune Américain qui se rêve photojournaliste.

Panorama sans pitié et rude de la vie sous Franco en 1957, ce roman n’est pas pour les âmes sensibles puisqu’il décrit sans fard les horreurs commises par le régime, qu’il s’agisse des assassinats politiques, des tortures et même des enlèvements d’enfants. Mon coeur de maman a saigné tout au long de la lecture de ce roman très prenant, aux chapitres courts et percutants. La romance qui se noue entre Ana et Daniel est presque accessoire, tant on est accaparé par ce portrait extrêmement puissant et difficile de la dictature franquiste. Ruta Sepetys se montre une nouvelle fois une conteur hors-pair, alliant l’efficacité de la langue à un style presque photographique, en écho à la passion de Daniel. Au programme donc : un roman historique plein d’émotion, qui ne pourra que vous toucher.

Hôtel Castellana, Ruta Sepetys. Folio, 2022. Traduit de l’anglais par Faustina Fiore.

A propos Emily Costecalde 998 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.