Skeleton Coast : thriller politique et écologique !

THRILLER – Cela faisait bien longtemps qu’on n’avait pas lu un roman de Laurent Whale ! Et après l’avoir lu en SF, c’est au rayon thriller qu’on le retrouve, avec Skeleton Coast.

Angeline, médecin pour une ONG en Afrique, disparaît du camp où elle officie. Pour la deuxième fois.
Alors que, la fois précédente, son kidnapping avait fini par connaître une fin heureuse, cette fois c’est le silence total.
Son père, enseignant en France, part à sa recherche. Rapidement, il réalise que l’État français et les diplomates ne lui seront d’aucune aide et que ses questions dérangent. Dans quel pétrin sa fille s’est-elle fourrée ? Et lui avec ? Lorsque son guide est assassiné et qu’il se retrouve accusé du meurtre, il comprend qu’il s’est embarqué au cœur d’une affaire qui le dépasse, dans un pays sous contrôle militaire… Il va devoir puiser des forces insoupçonnées dans son amour paternel, pour, au risque de sa vie, tenter de retrouver la trace de sa fille !

Au début du roman, Angeline a déjà disparu. Depuis cinq ans ! Malgré son acharnement, son père commence donc à ressentir une certaine lassitude que l’on comprend aisément : aucune piste ou presque, sa tête mise à prix, des mercenaires un peu partout et, bien sûr, un contexte géopolitique assez difficile.

De fait, le roman est scindé en deux parties. Une première d’exposition, assez longue, dans laquelle Richard cherche assez désespérément des traces de sa fille, aux quatre coins de la Namibie. Or, si les indices sur le destin d’Angeline sont maigres, Richard ne tarde pas à mettre le doigt sur d’étranges agissements : une armée de mercenaires protège un site en apparence anodin, sur lequel il repère… un membre de l’ambassade française, un de ceux qui lui a opposé une fin de non-recevoir. Comme Richard, le lecteur cherche des indices, essaie de comprendre de quoi il retourne et s’interroge !

La deuxième partie, quant à elle, semble marquer le véritable commencement du roman : enfin, on a l’impression d’avancer dans le récit ! L’intrigue aligne les scènes d’action particulièrement trépidantes et se révèle nettement plus prenante qu’au départ. Non seulement l’enquête de Richard sur ce qu’est devenue Angeline fait un énorme bond en avant mais, en plus, il met le doigt sur un terrifiant trafic de déchets nucléaire, organisé aux plus hauts niveaux étatiques.

Skeleton Coast est présenté comme un thriller écologique, mais il se double aussi d’un thriller politique, dans lequel l’auteur dénonce à la fois la corruption latente en Afrique, mais aussi la façon dont les autres états s’en servent comme d’une décharge à ciel ouvert pour leurs encombrants déchets nucléaires. C’est peut-être là que le roman se fait le plus compliqué, tant les acteurs et les sujets s’entremêlent : car la corruption et les déchets nucléaires impliquent non seulement des états, mais aussi des armées de mercenaires, et carrément la mafia !

Avec Skeleton Coast, Laurent Whale tisse une histoire aussi glaçante que mouvementée, qui nous entraîne des déserts namibiens aux bureaux de l’Elysée. Passée la première partie, assez lente, on plonge dans un concentré d’actions haut en couleurs !

Skeleton Coast, Laurent Whale. Au Diable Vauvert, mars 2021. 

A propos Oihana 628 Articles
Lectrice assidue depuis son plus jeune âge, Oihana apprécie autant de plonger dans un univers romanesque, que les longues balades au soleil. Après des études littéraires, elle est revenue vers ses premières amours, et se destine aux métiers du livre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.