The Bold Type, notre série feel-good du moment !

The Bold Type

SERIE TV —  Nous avons enchaîné la nouvelle saison de Sex Education, celle de You, le visionnage intégral de Mrs Maisel… et subitement, nous nous sommes retrouvés fort dépourvus devant notre télévision, à nous demander ce que nous allions regarder après. On nous a conseillé The Bold Type. Alors, bon ou mauvais conseil ?

The Bold Type (De celles qui osent) raconte l’histoire de trois jeunes femmes de vingt-cinq ans dans le New York de la fin des années 2010. Elles travaillent à Scarlet, un magazine féminin : Jane vient d’y être promue journaliste, Kat y gère les réseaux sociaux et Sutton est assistante. La série suit leur vie professionnelle, leurs amours, leurs révoltes, leurs ambitions.

C’est une série qui s’inscrit sans grande surprise dans le trope de la série new-yorkaise : comme Friends, Seinfeld, How I Met your Mother ou encore Sex and the City, on suit un groupe d’amis dans la ville la plus célèbre du monde. Comme il s’agit ici de jeunes femmes, et que la série commence en 2017/2018, la série, qui ressemble comme une petite soeur à celle qui a vu émerger Carrie Bradshaw, est plus moderne que celle-ci, embrassant des thèmes comme #MeToo, l’inclusivité, l’identité sexuelle. Et, puisque ça se passe dans une rédaction et que l’une des héroïnes est social media manager, l’évolution de la presse, la transition vers le numérique et l’importance croissante d’Instagram et consorts… Bien sûr, l’amitié avec ses hauts et ses bas et au coeur même du récit. On sera parfois surpris de voir la profondeur du lien entre ces trois jeunes femmes, prêtes à tout pour s’entraider !

Nos jeunes héroïnes se cherchent tout au long des saisons de la série. Sutton, ainsi, essaie de combiner vie professionnelle et vie amoureuse sans que les deux se télescopent. Elle essaie aussi de savoir quel serait son rêve : être responsable mode dans la presse ou carrément styliste ? Kat, elle, tente de découvrir qui elle est : bisexuelle et métisse, elle a parfois du mal à trouver sa place. Enfin, Jane cherche sa voie dans un métier où chaque sujet traité semble toucher une corde sensible. Leurs questionnements et quêtes de sens et d’identité sont typiques de leur âge au début de la série : vingt-cinq ans. À cet âge, les personnages de Friends, par exemple, semblaient étrangement plus adultes. Peut-être, aussi, il est vrai, parce que j’ai regardé les personnages de Friends vivre dans l’insouciance de leurs vingt-cinq ans quand j’en avais quatorze, avec des préoccupations d’ado, et que je regarde évoluer les filles de The Bold Type alors que j’en ai trente, et que je suis mère de famille… Reste que le regard me semble différent. La série aborde en tout cas la grosse majorité des interrogations qu’on peut avoir à cet âge : que faire dans la vie ? qu’attendons-nous de la vie de couple ? souhaitons-nous avoir des enfants un jour ? que voulons-nous professionnellement ? et enfin, c’est quoi un orgasme ?

C’est sympa, comme série, dans le sens où ces jeunes femmes sont éminemment sympathiques, et où on a l’impression de faire partie de la bande. C’est une excellente série à regarder le soir après le travail, quand les enfants sont couchés et qu’on a envie de se vider la tête. Néanmoins, on devra admettre que l’intrigue semble souvent cousue de fil blanc, avec des résolutions parfois un peu faciles : ça reste « gentil » globalement. Le spectateur voit souvent le rebondissement suivant arriver à des kilomètres à la ronde. Mais ce n’est pas vraiment grave, car on passe un bon moment.

La série est disponible sur Amazon Prime.

A propos Emily Costecalde 954 Articles
Emily est tombée dans le chaudron de la littérature quand elle était toute petite. Travaillant actuellement dans le monde du livre, elle est tout particulièrement férue de littérature américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.